Journée d’études : Réceptions réciproques de la littérature française en Colombie et de la littérature colombienne en France

Le Grecun (CRIIA E369 – Université Paris Ouest Nanterre – La Défense) organise en partenariat avec l’Université de Picardie Jules Verne (CEHA, UFR Langues et Civilisations)  une journée d’études consacrée à :

Réceptions réciproques de la littérature française en Colombie et de la littérature colombienne en France

– 28 novembre 2016 –

 

je-receptions-reciproques-de-la-litterature-francaise-en-colombie-1 je-receptions-reciproques-de-la-litterature-francaise-en-colombieje-receptions-reciproques-de-la-litterature-francaise-en-colombie-2

Appel à communications : Journée d’étude « La Nation en fête en Amérique latine (XIX-XXIe siècles) »

paris-x-logo

paris-8-logo
criia-logo

ler-logo

APPEL À COMMUNICATIONS

La Nation en fête en Amérique latine (XIX-XXIè siècles)

Journée d’étude organisée par Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Nanterre) et Natalia Molinaro (Université de Paris 8), Nanterre, le vendredi 7 avril 2017.

Dans le cadre de cette journée d’études intitulée « La Nation en fête en Amérique latine », nous souhaitons prolonger une première réflexion menée conjointement par les équipes du Grecun de Paris Nanterre (Groupe État, Culture, Nation – https://grecun.hypotheses.org/) et ALHIM de Paris 8 (Amérique Latine, Histoire, Mémoire – https://alhim.hypotheses.org/) sur les notions de fêtes et de célébrations nationales en Amérique latine (revue Alhim N° 33 à paraître, premier semestre 2017).

La fête, en tant que pratique collective, va de pair avec la construction d’imaginaires nationaux. Pensées comme des récits créés de toute pièce par les institutions et/ou les différents groupes sociaux pour rassembler les citoyens autour d’un socle commun, les fêtes et cérémonies nationales renferment des tensions déterminées par les enjeux du présent. Si la Nation est vécue et contée par ses fêtes, les fêtes nationales construisent et sont imaginées pour la Nation. Cette journée d’études s’inscrit dans le sillage des études déjà menées par de nombreux chercheurs (Eric Hobsbawm, Anne-Marie Thiesse, Patrick Garcia, Mona Ozouf, et bien d’autres). Il s’agira cependant ici d’accorder une place prépondérante aux acteurs et aux témoins, ainsi qu’aux différents espaces de célébration et contre-célébration. Tout en poursuivant notre exploration des différents procédés de construction du « corps national » en Amérique latine, nous analyserons tout particulièrement le rôle des participants (État, associations, groupes sociaux, etc.), le choix des différentes symboliques (hymnes, chants, drapeaux, figures patriotiques, etc.), le choix des espaces (lieux, monuments, statues, etc.) et la fonction des temps (calendriers civiques, dates spécifiques de commémoration, etc.). Ainsi les différentes communications pourront s’inscrire dans les quatre axes suivants :

Axe 1 : Les célébrations officielles de la Nation

Les fêtes nationales constituent un enjeu pour le pouvoir qui en contrôle le contenu et la diffusion. Nous nous intéresserons dans un premier temps aux pratiques « officielles », aux modèles de célébration qui « donnent à voir » une homogénéisation et une « supposée » unité du corps social. Nous nous attacherons à l’étude de la mise en scène du national par l’État et/ou les institutions officielles en interrogeant tout particulièrement les différentes formes et manières que peuvent revêtir certaines célébrations nationales. Quels sont les espaces de célébration ? Quels sont les procédés et représentations choisis pour mettre en valeur la nation ? Quels sont les symboles et valeurs transmis ? Dans quelles mesures ces célébrations ont un pouvoir efficace de transmission de l’idéologie nationale ? En quoi produisent-elles de l’identité pour cette nation et contribuent-elles à créer ou raviver, du moins pour quelques temps, un sentiment d’appartenance collective ?

Axe 2 : Quand la Nation se célèbre ailleurs.

Le second axe concernera les pratiques transnationales de célébration. Si l’État est l’un des principaux ordonnateurs, il s’agira de démontrer que la nation peut se fêter « ailleurs ». Comment la nation est-elle célébrée au-delà de ses frontières ? Quelles en sont les frontières et limites ? Cet axe est particulièrement ouvert aux études portant sur les célébrations organisées par des institutions (réseaux diplomatiques, fondations, etc.) ou associations en dehors des frontières nationales. Il entend mettre l’accent sur la fabrique de nouveaux espaces publics de célébrations, sur les nouvelles formes de sociabilités officielles/associatives qui permettent de fêter et de partager cette communauté de destins.

Axe 3 : Les célébrations « en marge » et contre-célébrations

Cet axe propose de revenir sur les pratiques « parallèles », situées « en marge » des célébrations officielles, ou pensées par opposition à celles-ci. Il s’agira de montrer en quoi ces pratiques proposent d’autres lectures du national, instituent un autre ordre – ou désordre – et contribuent, par là-même, à définir ou redéfinir l’identité nationale. Cet axe nous amènera à nous poser d’autres questions telles que : qui sont les célébrants et contre-célébrants ? Quelles sont les appropriations et/ou réappropriations du récit national et ses symboles ? En quoi ces pratiques « parallèles » de célébration peuvent-elles être considérées comme des pratiques « transgressives » tout en contribuant, par certains détournements, à donner ses contours à l’événement officiel ? Les communications pourront également aborder la question des rapports de force, de pouvoir et luttes pour récupérer le fait national (rapports de hiérarchie, de division entre les différents célébrants, enjeux, etc.).

Axe 4 : La Nation « contée ». Récits de célébrations

Il s’agira dans cet axe d’analyser le rôle des différents écrits dans la construction du sentiment national et d’une mémoire de l’événement. À travers les récits, que ce soit en littérature (romans, romans nationaux, nouvelles, récits autobiographiques, etc.), dans des revues ou dans la presse, nous pourrons nous demander : comment ces récits représentent-ils la nation en fête ? Comment singularisent-ils les célébrations ? Quelles sont les places accordées aux événements phares de l’histoire nationale ? Comment les mots mettent-ils en scène, et par la même, construisent la mémoire nationale ? Quels enjeux de pouvoir enferment-ils ? En quoi cette mémoire est-elle une mémoire choisie, sélective ? En somme, quels sont les nouveaux contours de cette « Nation contée » ?

Modalités pratiques :

Les propositions de communication (moins de 500 mots, bibliographie et titre compris ainsi qu’un court CV) doivent être envoyées avant le 31 janvier 2017.
Contacts : Dalila Chine-Lehmann ( Université Paris Nanterre ) dlehmann@u-paris10.fr, Natalia Molinaro ( Université de Paris 8 ) natalia.molinaro@laposte.net

Calendrier :

  • 31 janvier 2017 : date-butoir pour l’envoi des propositions

  • Février 2017 : annonce des propositions retenues

  • 7 avril 2017 : journée d’étude

******************************************

CONVOCATORIA

Festejando la Nación en América latina (siglos XIX-XXI)

Jornada de Estudios organizada por Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Nanterre) y Natalia Molinaro (Université de Paris 8), Nanterre, viernes 7 de abril de 2017.

 

En el marco de esta Jornada de Estudios proponemos profundizar la reflexión iniciada por el grupo de investigación del GRECUN de Université Paris Nanterre (Groupe État, Culture, Nation – https://grecun.hypotheses.org/) y el grupo ALHIM de Paris 8 (Amérique Latine, Histoire, Mémoire – https://alhim.hypotheses.org/) sobre las nociones de fiesta y de celebraciones nacionales en América latina (revista Alhim N° 33 en preparación, primer semestre 2017).

La fiesta como práctica colectiva acompaña la construcción de imaginarios nacionales. Concebidas desde las instituciones y/o los diferentes grupos sociales como relatos cuyo objetivo es reunir a los ciudadanos alrededor de un objeto en común, las fiestas y ceremonias nacionales encierran las tensiones del presente. La Nación es vivida y contada por sus fiestas, y las fiestas nacionales construyen y son imaginadas para la Nación. Esta Jornada de Estudios sigue el planteamiento de las numerosas investigaciones sobre estos temas (Eric Hobsbawm, Anne-Marie Thiesse, Patrick Garcia, Mona Ozouf, etc.), pero proponemos enfocarnos en los actores y los testigos, así como en los espacios de celebración y contra-celebración. Seguiremos explorando los distintos procesos de construcción de un “cuerpo nacional” y analizaremos también el papel de los participantes (Estado, asociaciones, grupos sociales, etc.), la(s) (s)elección(es) de distintas simbólicas (himnos, cantos, banderas, figuras patrióticas, etc.), la función de los espacios (sitios, monumentos, estatuas, etc.), así como la de los tiempos (calendarios cívicos, fechas específicas de conmemoración, etc.). Las propuestas de comunicación deberán inscribirse en alguna de las cuatro grandes líneas temáticas explicitadas seguidamente:

Línea temática 1: Las celebraciones oficiales de la Nación

Las fiestas nacionales son centrales para el poder, que controla los contenidos y la difusión. Consideraremos primero las prácticas “oficiales”, los modos de celebrar que “dan a ver” una homogeneización y una “supuesta” unidad del cuerpo social. Estudiaremos la puesta en escena de lo nacional por el Estado y/o las instituciones oficiales, interrogando más particularmente las distintas formas que pueden tomar algunas celebraciones nacionales. ¿Cuáles son los espacios de celebración? ¿Qué procedimientos y representaciones se eligen para valorizar la nación? ¿Cuáles son los símbolos y los valores que se transmiten? ¿En qué medida tienen estas celebraciones un poder de transmisión eficiente de la ideología nacional? ¿Cómo producen identidad para la nación y contribuyen en crear o reactivar un sentimiento de pertenencia colectiva?

Línea temática 2: Cuando la Nación se celebra en otras partes.

El segundo eje tratará de las prácticas transnacionales de celebración. Aunque suele ser el Estado el que genera la celebración, trataremos de mostrar que la nación también puede festejarse en otros espacios. Serán privilegiados en particular los estudios y análisis dedicados a las celebraciones no sólo organizadas por instituciones (redes diplomáticas, fundaciones, etc.) sino también por asociaciones fuera de las fronteras nacionales. Nos centraremos en la construcción de nuevos espacios públicos de celebración, en las otras formas de sociabilidad (oficiales o asociativas) que permiten festejar y compartir un mismo sentimiento de pertenencia a una comunidad de destino.

Línea temática 3: Celebraciones “al margen” y contra-celebraciones

En este eje volveremos sobre las prácticas “paralelas”, situadas “al margen” de las celebraciones oficiales, o pensadas en oposición a las fiestas oficiales. Veremos cómo estas prácticas proponen otras lecturas de lo nacional, instituyendo otro orden – o desorden – y contribuyendo por lo tanto en una (re)definición de la identidad nacional. En este eje nos preguntaremos: ¿quiénes son los celebrantes y contra-celebrantes? ¿Cuáles son las apropiaciones y/o reapropiaciones del relato nacional y de sus símbolos? ¿En qué medida estas prácticas “paralelas” de celebración pueden considerarse como “transgresivas”, al mismo tiempo que van dando su forma al acontecimiento oficial, mediante apropiaciones, reapropiaciones y desvíos? Las comunicaciones podrán también abarcar los temas de luchas de poderes y tensiones por la recuperación del hecho nacional (jerarquías, divisiones, etc.).

Línea temática 4: La nación “contada”. Relatos de celebración

En esta mesa se analizará el papel de la producción escrita en la construcción de un sentimiento nacional, así como de una memoria del acontecimiento. ¿Cómo se representan las fiestas nacionales en los relatos, sean éstos literarios (novelas, relatos autobiográficos, etc.) o periodísticos (prensa, revistas)? ¿Cómo singularizan dichos relatos la celebración? ¿Qué lugar ocupan los hitos de la historia nacional? ¿En qué medida contribuyen las palabras en reproducir lo vivido y, participan de este modo en la construcción de una memoria nacional? ¿En qué medida se trata de una memoria selectiva? ¿Qué luchas de poderes reflejan? ¿Por qué constituyen estos relatos una segunda puesta en escena de la celebración? Finalmente, ¿cuáles son los contornos de la “nación contada”?

Modalidades prácticas:

Las propuestas (menos de 500 palabras, incluyendo el título de la comunicación, la bibliografía, y un corto currículo) deben ser enviadas antes del 31 de enero de 2017.

Contactos: Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Nanterre) dlehmann@u-paris10.fr, Natalia Molinaro (Université Paris 8) natalia.molinaro@laposte.net

Calendario:

  • 31 de enero de 2017: Envío de propuestas

  • Febrero de 2017: Respuesta del Comité de organización

  • 7 abril de 2017: Jornada de Estudios

Colloque international « De la « boisson des dieux » aux Salons du chocolat : variations sur le cacao américain »

Le Grecun a le plaisir de vous convier au prochain colloque international :

De la « boisson des dieux » aux Salons du chocolat :
variations sur le cacao américain

De la « bebida de los dioses » a los Salones del chocolate :
variaciones sobre el cacao americano

 

qui aura lieu les jeudi 2 et vendredi 3 juin 2016

Bâtiment V – Salle R014
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
200 Avenue de la République
Nanterre

Affiche colloque

 

 

PROGRAMME  :

programme-version-definitive-02-2

PLAN D’ACCÈS :

programme-version-definitive-02-1-1

 

Avis de décès Thomas Gomez

 

T.GOMEZLes membres de l’équipe du Grecun ont la grande tristesse de vous faire part du décès de notre ami Thomas Gomez, survenu le 24 mars 2016.
Une cérémonie aura lieu au funérarium du Mont Valérien à Nanterre vendredi 1er avril à 10h30.
Un hommage lui sera rendu par l’ensemble de ses collègues à partir de 15h30, le même jour, dans l’amphithéâtre Robert Merle, bâtiment V, sur le campus de Nanterre.

Séminaire Grecun du 01 avril 2016

Le Grecun a le plaisir de recevoir pour son prochain séminaire du vendredi 01 avril 2016 (14h30)  :

Fanny Jedlicki (Université du Havre)

La génération des enfants de l’exil et le retour au Chili : interroger la migration et les appartenances au prisme de la mémoire familiale

F.JEDLICKI

Lieu : Université Paris Ouest Nanterre La Défense,  Bâtiment Max Weber (SHS, à gauche du bâtiment V en venant de la gare), Petite salle des séminaires

Activités du Grecun 2016

Programme des activités du GRECUN

2015-2016

 

  • 3 et 4 décembre 2015,   Colloque international :

« Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle »

Org. M. Arrué (Paris 8), E. Fernández (Paris 8), N. Jammet (Paris Ouest), A. de la LLosa (Lyon II), V. Romero (Paris 8)

 

  • Jeudi 10 décembre 15h, Conférence :

Mirian PINO (Univ. Córdoba, Argentina)

« Memoria, DD.HH. y Educación universitaria : la encrucijada de una praxis teórica ».

 

  •  Samedi 20 février 10h, Séminaire :

Alejandro Gómez (Univ. de Lille 3)

«Résistance esclave aux Caraïbes en temps de révolutions 1789-1815»

 

  • Samedi 2 avril 10h, Séminaire :

Javier Pérez Siller (Univ. de Puebla, Mexique)

« La educación cosmopolita de un cura de San Luis Potosí en los años 1920: Ricardo B. Anaya »

 

  • Samedi 28 mai 10h, Séminaire :

Rodolfo de Roux (Univ. Toulouse Jean Jaurès)

«Geopolítica vaticana: la romanización de la Iglesia católica en América latina (XIX-XXI)»

 

  • Jeudi 2 et 3 juin, Colloque international (en collaboration avec le laboratoire «Mondes Américains») : 

« De la « boisson des dieux » aux Salons du chocolat : variations sur le cacao américain »

Org. N. Harwich et C. Heymann (Paris Ouest)

COLLOQUE INTERNATIONAL Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle

Jeudi 3 et Vendredi 4 décembre 2015

Université Paris Ouest-Nanterre/Université Paris 8

 

dfa

 

Jeudi 3 décembre 2015

Université Paris Ouest-Nanterre, Salle des Conférences, Bât. B

 

10h00 : Accueil des participants

10h30 : Ouverture du colloque

 

Table 1

Image et politique : pouvoir, dissidence et mémoire I

Modérateur : Catherine Heymann

10h45 Les moyens artistiques et les rebellions ouvrières au Chili et au Pérou. Etude de deux cas

Vicente Romero (Université Paris 8)

11h10 Les campagnes présidentielles chiliennes de 1958 à 1970 vues par la caricature

Elodie Giraudier (Université Paris 3-Sorbonne nouvelle)

11h35 Débat

11h50 Pause

 

Table 2

Image et politique : pouvoir, dissidence et mémoire II

Modérateur : Mirian Pino

12h00 Descripción estético-política de la imagen oficial del gobierno militar en Chile

Fernanda Paz Cabaluz Ducasse (EHESS)

12h25 La dictadura de Pinochet desde la clandestinidad: imagen, resistencia y denuncia en algunas cintas producidas en el exilio

Marcy Campos (EHESS)

12h50 Débat

13h10 Déjeuner

 

Table 3

Image et politique : pouvoir, dissidence et mémoire III

Modérateur : Benoit Santini

14h30 De silencios y miradas perplejas: postmemoria, construcción identitaria y búsqueda de sentido en el documental contemporáneo chileno

Olga Lobo (Universidad Grenoble Alpes)

14h55 El eco de la historia en el documental de Antonia Rossi


Modérateur : Michèle Arrué (Université Paris 8)

15h20 Pause

15h30 Aunar ficción y documental en pos de una memoria política viva: el cine de Pablo Larraín

Stéphanie Decante (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

15h55 El Cine chileno del nuevo milenio, la memoria obstinada

Laurence H. Mullaly (Université Bordeaux 3-Montaigne)

16h20 Débat

 

17h00 Eduardo León, association Dordogne Périgord Amérique latine (DOPEAL), Présentation du dessin animé Valparaíso de Pablo Alibaud

 

17h30 Vin d’honneur

 

 

Vendredi 4 décembre 2015

 Université Paris 8- Vincennes Saint-Denis, Salle La coupole

 

Table 4

Du Chili au monde : de l’histoire nationale dans la rue aux images de guerre

Modérateur : Vicente Romero

10h00 Au-delà des Andes, l’oubli ? Politiques de mémoire et monuments commémoratifs de la dictature au Chili

Nathalie Jammet-Arias (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

10h25 De la carne a la piedra: poder simbólico y estatuas de los “grandes hombres de la patria” en el espacio público de Santiago de Chile (1856-1930)

Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8)

10h50 : Peintures et photographies de la guerre du Pacifique (1879-1883) : l’affirmation de valeurs nationales

Jérôme Louis (Institut Napoléon)

11h15 : Imágenes y debates de la gran guerra en la prensa chilena

José Luis Carrellán (Universidad de la Frontera, Chili)

11h40 Débat

12h30 Déjeuneur

 

Table 5

Histoire intime du Chili

Modérateur : Michèle Arrué

14h00 L’invention du paysage mapuche : 1870-1930. La photographie ethnographique et la mise en scène d’une culture matérielle

Charles Dujour Bosquet (Université de Bordeaux 3-Montaigne)

 14h25 : Violeta Parra, une chilienne à Paris. De son exposition au Louvre aux chroniques du Figaro: la découverte des Arts populaires chiliens en France (1961-1965)

Alvar De la LLosa (Université Lyon II- Lumière)

14h50 El fenómeno de las danzas tradicionales en la construcción de una identidad nacional. Mecanismos de formalización de la tradición popular en Chile: 1900-1990

Valeska Andrea Diaz (Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität, Bonn)

15h15 El cine documental en Chile: de la representación de los márgenes sociales a la centralidad de lo popular, 1850-1973

Hernán Venegas Valdebenito (USACH, Chili)

15h40 Débat

16h10 Pause

 

Table 6

Mots et spectacle au cœur de la résistance

Modérateur : Alvar de la LLosa

16h25 La poésie visuelle chilienne de 1973 à nos jours : création et subversion

Benoît Santini (Université de Boulogne-Côte d’Opale)

16h50 La Efímera vulgata (2012) de Enrique Lihn y Luis Poirot: la doble mirada de un texto

Mirian Pino (Universidad de Córdoba, Argentine)

17h15 Carnavalización de las estéticas de lo total y formación de las Naciones latinoamericanas en Umbral de Juan Emar

Malva Marina Vásquez (Universidad Andrés Bello, Chili)

17h40 Débat

18h00 clôture du colloque

 

ENTREE LIBRE

ALHIM Paris 8: http://alhim.hypotheses.org/

GRECUN Paris Ouest : https://grecun.hypotheses.org/

Contact: etat.nation.chili@gmail.com

Appel à communications:XI Congreso de la ADEH, Cádiz 21-24 de junio 2016 – Simposio 26

XI Congreso de la ADEH, Cádiz 21-24 de junio 2016

XI Congresso da ADEH. Cádis 21-24 de junho 2016

IX congreso

 

Symposium 26 : L’utilisation des statistiques démographiques dans la construction des États en Europe et en Amérique latine

 

Nathalie Jammet-Arias, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Joana Pujadas Mora, Centre d’Estudis demogràfics

Alejandro Román Antequera, Universidad de Cádiz/ Université Lyon II

 

Le développement de l’État a impliqué la consolidation de l’Administration publique par une rationalisation de ses structures rendue possible par une meilleure connaissance de la composition de la population et des sources de richesses. Cette volonté de savoir a favorisé la création d’organismes d’État aptes à recueillir et à traiter des données quantitatives. L’institutionnalisation des statistiques publiques répond à ce que l’on peut qualifier de volonté quantificatrice, conséquence des évolutions épistémologiques visant à rechercher l’objectivité scientifique grâce à une connaissance impersonnelle des problèmes ou des phénomènes à analyser.

Dans ce symposium, nous souhaitons étudier, en nous appuyant sur les concepts de «gouvernementalité»  et d’ «autorité » de Foucault, l’élaboration des statistiques démographiques. Pourquoi ont-elles été créées ? Comment se sont-elles développées ? Quelles conséquences a produit leur création ?

Nous accepterons des travaux sur l’Europe et sur l’Amérique latine, que la thématique soit abordée selon une perspective nationale ou comparée. Nous espérons ainsi comprendre les facteurs qui ont présidé à la naissance et à l’utilisation de ces statistiques et les façons dont ces outils ont participé de la création des appareils d’État dans les deux aires géographiques. Il conviendra d’examiner les points communs et les différences afin de souligner les réussites ou les échecs des modèles employés ainsi que les conséquences de l’utilisation des statistiques démographiques dans les différents pays.

Les propositions de communication sont à adresser avant le 20 novembre 2015 à partir du formulaire suivant :

http://www.adeh.org/?q=es/contenido/formulario-electronico-para-la-presentacion-de-propuestas-de-comunicaciones-al-xi-congreso

 

Ainsi qu’aux responsables du symposium :

ara959@hotmail.com

nathalie.jammetarias@yahoo.fr

joana.pujades@gmail.com

Programme des séminaires du GRECUN 2015

Le Grecun a le plaisir de vous annoncer les dates des prochains séminaires :

(Université Paris Ouest Nanterre – La Défense, Bât.  B, Salle des thèses à confirmer) 

Samedi 13 juin 2015 10h, Bât : B, salle 016

Pascal RIVIALE (Archives Nationales)

L’iconographie des voyages au Pérou (XIXe siècle). Collecter, représenter, interpréter.

Grecun 13 juin 2015 RIVIALE  (2)

Samedi 11 avril 2015 10h, Bât : B, salle 016

Lissell QUIROZ (Université de Rouen)

Savoirs obstétriques et naissance de la profession de sage-femme dans le Pérou du XIXe siècle

L. Quiroz 11 avril 2015

 

Samedi 21 mars 2015 10h, Bât : B, salle 015.

Gloria ZARZA RONDON (Université de Paris Ouest)

Ciudadanía y derechos en América latina. Indígenas y castas en la Constitución de 1812

Grecun - Zarza 21 mars 2015

 

Vendredi 20 février 2015 14h30, Bât : V, salle 216 (en partenariat avec l’Université de Paris 8)

Pablo RUBIO APIOLAZA (Universidad Andrés Bello, Santiago, Chile)

De las aulas al control del Estado : el caso del movimiento estudiantil gremialista de la Universidad Católica de 1965-1980

Grecun 20 février 2015

 

Samedi 7 février 2015 10h, Bât : B, Salle des thèses B05.

Sylvie DIDOU RAMIREZ (CINVESTAV, México)

Universités interculturelles et indigènes en Amérique latine au XXIe siècle : équité et cohésion sociale

S.DIDOU Affiche

 

 

 

 

JE 18 JUIN 2015 La peinture « indigène » contemporaine en Amérique latine

AFFICHE 18 JUIN

Le Grecun (CRIIA E369 – Université Paris Ouest Nanterre – La Défense) organise en partenariat avec le Centre Enseignement et Recherche en Ethnologie Amérindienne (EREA, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) et l’Association culturelle LUPUNA une journée d’études consacrée à :

« La peinture « indigène » contemporaine en Amérique latine »

le 18 juin 2015 de 9h à 18h,

Maison de l’Amérique latine  (Auditorium, 217 Boulevard Saint Germain, Paris, métro : Solférino ou Rue du Bac)

Depuis une trentaine d’années, l’émergence de mouvements indigènes en tant que force sociale, le travail d’organisations ou d’associations de communautés indigènes et la reconnaissance constitutionnelle du caractère pluriculturel de plusieurs pays d’Amérique latine, à partir des années 90, ont entraîné la mise en oeuvre de politiques destinées à protéger les droits et les territoires des peuples indigènes, à réduire, dans des proportions variables, les disparités sociales, économiques et à encourager et valoriser leurs traditions et leurs pratiques culturelles. Si les politiques d’éducation interculturelle contribuent, dans la mesure des moyens mis à leur disposition, à la pérennisation des savoirs traditionnels, à la formation et à la production d’une culture matérielle, l’assimilation et la réélaboration de la conception occidentale de l’art, en particulier pictural, a aussi ouvert la voie à de nouvelles représentations de leur(s) histoire(s) par ces peuples indigènes. La fin du XXe siècle a ainsi vu l’apparition de propositions artistiques nouvelles, très diverses, tandis que les expositions à caractère général ou thématiques sur les arts visuels indigènes se sont développées dans les galeries, les musées et les centres culturels en Amérique latine et dans plusieurs pays européens. C’est dans la perspective d’une réflexion sur les liens entre passé et présent, tradition et modernité, dans un monde par ailleurs de plus en plus globalisé, que les peintures «  indigènes  » contemporaines seront appréhendées dans leur dimension historique, thématique, technique et esthétique.

Contacts : 
Catherine HEYMANN, professeur à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, EA 369 (CRIIA – GRECUN) :
catherine.heymann@wanadoo.fr
Nancy OCHOA, anthropologue, centre EREA du LESC, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, présidente de l’Association culturelle Lupuna : lupunaasociacion@hotmail.fr

PROGRAMME DE LA JOURNÉE :

PROGRAMME 1 18 JUIN

PROGRAMME 2 18 JUIN

Pour accéder au programme en pdf : PROGRAMME 18 JUIN 2015

Voir les sites de nos partenaires :

Retour à l'accueil

Appel à contribution au colloque : « Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle »

Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle

Lieu : Université Paris Ouest Nanterre La Défense/Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Dates du colloque : 3 et 4 décembre 2015

Langues du colloque : français, espagnol

Lors du colloque de juin 2011, Construction de l’État-Nation et résistances au Chili: de l’Indépendance au Front populaire, nous nous sommes intéressés à la constitution de l’État-nation au Chili et aux résistances qui en ont découlé. Le colloque Construction de l’État-Nation et développement économique et social au Chili (1811-1976) qui a eu lieu en janvier 2013 a été un prolongement de cette réflexion dans une optique privilégiant les rapports économiques et financiers internes et externe qui ont participé à la formation de l’État-Nation chilien.

Le nouveau colloque que nous proposons se situe dans la continuité des colloques de 2011 et 2013, puisqu’il envisage de mettre en perspective l’Histoire contemporaine et les Arts visuels chiliens en étendant la période jusqu’au temps présent. Ainsi, le colloque se propose de reprendre des concepts analysés lors de deux rencontres précédentes en les interrogeant, cette fois, du point de vue de la création et des arts visuels chiliens.

Nous considérons le pouvoir non seulement d’un point de vue institutionnel et politique mais aussi comme un réseau complexe de stratégies de discours et de représentations. Historiquement, au Chili, comme en Amérique latine, les Arts ont participé aussi bien au processus de création de l’État-Nation, dans le cadre d’une affirmation des valeurs nationales et de l’image quedes résistances –sociales et propres aux nations dominées- nées tout au long de ce processus.

D’autre part, dès sa naissance et jusqu’à ce jour avec le modèle néolibéral instauré depuis la dictature de Pinochet, la construction de l’État a provoqué des résistances à l’origine de la création d’identités alternatives, différentes de celles dictées par les autorités : identités individuelles et collectives (politiques ou ethniques) où la représentation que l’on a de soi, des autres, et de la société dans laquelle on se trouve inséré joue un rôle capital. Par conséquent, le colloque se propose d’analyser les rapports entre les arts visuels et les pouvoirs, les résistances et les identités, les transformations qui en ont découlé ainsi que les représentations exprimées par les arts visuels.

Dans notre proposition d’étude, les arts visuels ne seront pas conçus comme simple expression esthétique déconnectée des contextes dans lesquelles ils prennent naissance ou comme la simple illustration de phénomènes sociaux. On privilégiera une approche analytique de l’art conçu comme un langage comme l’ont mis en évidence des théoriciens du sens tels que Roland Barthes ou Christian Metz.

Par ailleurs les arts visuels, expressions de pouvoir et de résistance, ne seront pas considérés uniquement comme instruments de propagande – tant du pouvoir que des résistances qu’elle engendre -, mais également comme des lieux d’expression et de création d’identités nouvelles. Cette approche à travers les arts visuels intégrera une diversité de supports et de modes d’expression : affiches, photos, caricatures, travail graphique d’imprimerie, arpilleras, architecture, bandes dessinées, gravures, peinture, graffitis, statuaire, vidéo art, films publicitaires, de fiction et documentaires, séries télévisées, installations, performances, dance.

La chronologie proposée permettra de prendre en compte aussi bien des œuvres anciennes, peu visitées, que des créations artistiques très récentes, ce qui facilitera la compréhension des processus de changements et de continuité des rapports polarisés entre les différents secteurs de la société chilienne et les expressions artistiques visuelles qu’ils ont provoquées.

Ce colloque porte sur le Chili mais il ne renonce pas pour autant à une approche comparatiste avec d’autres pays latino-américains afin de cerner de façon plus approfondie la spécificité nationale chilienne. De la même façon il fera place à l’étude de la réception de ces créations visuelles à l’étranger.

Propositions

Merci d’adresser par mail à l’adresse etat.nation.chili@gmail.com un résumé de 500 mots environ ainsi qu’un bref C.V. mentionnant vos coordonnées professionnelles (institution de rattachement) aux organisateurs avant le 1er mai 2015, en précisant en objet « Colloque Chili III » 

Organisateurs :

Michèle ARRUE, MCF, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis/Laboratoire LER : Equipe Amérique Latine: littérature et socio-histoire. ALHIM

Alvar DE LA LLOSA, PR, Université Lumière Lyon-II/Laboratoire LCE (Langues et Cultures Européennes), Université Paris Ouest Nanterre La Défense Centre de recherches ibériques et ibéro-américaines : Axe Ecole, Culture, Nation dans le monde ibérique, ibéro-américain et méditerranéen (GRECUN)

Enrique FERNANDEZ DOMINGO, PR, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis/Laboratoire LER : Equipe Amérique Latine: littérature et socio-histoire. ALHIM

Nathalie JAMMET-ARIAS, MCF, Université Paris Ouest Nanterre La Défense/Centre de recherches ibériques et ibéro-américaines : Groupe de Recherches Ecole, Culture, Nation dans le monde ibérique, ibéro-américain et méditerranéen (GRECUN)

Vicente ROMERO, MCF, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis/Laboratoire LER : Equipe Amérique Latine: littérature et socio-histoire. ALHIM

******************************************************

Poderes, identidades y resistencias en las artes visuales chilenas del siglo XIX al siglo XXI

Lugar: Université Paris Ouest Nanterre La Défense/Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Fechas del coloquio: 3 y 4 de diciembre de 2015

Lenguas del coloquio: francés, español

El coloquio celebrado en junio de 2011, Construction de l’État-Nation et résistances au Chili: de l’Indépendance au Front populaire, tenía como tema principal el estudio de la estructuración del Estado-nación en Chile y las resistencias a las que tuvo que enfrentarse. En enero de 2013 se prosiguió la investigación del tema con el coloquio Construction de l’État-Nation et développement économique et social au Chili (1811-1976) que supuso una continuación de esta reflexión, privilegiando el estudio sobre las relaciones económicas y financieras internas y externas que acompañaron la formación del Estado-nación chileno.

El coloquio que organizamos en diciembre de 2015 es la continuación de esos dos coloquios ya que propone poner en perspectiva la Historia contemporánea y las Artes visuales chilenas entre el periodo de la independencia del país y el tiempo presente. Este coloquio pretende una interrogación de los conceptos analizados en los dos coloquios precedentes desde el punto de vista de la creación y de las artes visuales.

Teóricamente, consideramos el poder tanto desde un punto de vista institucional y político como desde una red compleja de estrategias de discursos y representaciones. Históricamente, en Chile, como en América Latina, las Artes participaron activamente tanto en el proceso de creación del Estado-nación, en el marco de una afirmación de los valores nacionales y de la imagen que se quería presentar, como en la estructuración de las resistencias –sociales y de las naciones dominadas – a dicho proceso.

Por otra parte, desde el nacimiento del Chile independiente hasta la actualidad, bajo el modelo neoliberal heredado del periodo dictatorial de Pinochet, la construcción del Estado ha generado resistencias identitarias alternativas diferentes a las dictadas por las autoridades: identidades individuales y colectivas (políticas o étnicas) en las cuales las representaciones del “yo”, de los “otros” y de la sociedad desempeñan un papel de primer orden. La celebración de este coloquio tiene como objetivo el análisis de las relaciones entre las Artes visuales y los poderes, las resistencias y las identidades, las transformaciones que implican estos intercambios y las representaciones que expresan las artes visuales.

Nuestra proposición de estudio no considera las artes visuales como una simple expresión estética sin relación con los contextos creativos o como una simple ilustración de los fenómenos sociales. Basándonos en los escritos de Roland Barthes o Christian Metz, queremos privilegiar un enfoque analítico del arte entendiéndolo como un lenguaje.

Por otro lado, las artes visuales, expresiones de poder y de resistencia, serán consideradas como instrumentos de propaganda –tanto del poder como de las resistencias- y como lugares de expresión y de creación de nuevas identidades. Este enfoque integra una diversidad de soportes y de modos de expresión: carteles, fotos, caricaturas, obras gráficas de imprenta, arpilleras, arquitectura, comics, grabados, pintura, graffiti, estatuaria, video, películas publicitarias, de ficción y documentales, series televisivas, instalaciones, performances, danza.

La cronología propuesta permitirá abarcar tanto obras decimonónicas poco estudiadas como creaciones artísticas recientes, lo que facilitará la comprensión de los procesos de cambio y de continuidad en las relaciones polarizadas entre los diferentes sectores de la sociedad chilena y las expresiones artísticas visuales que engendran.

Este coloquio tiene como objeto principal de estudio Chile pero también está abierto a enfoques comparativos con otros países latinoamericanos con el objetivo de acotar de una manera más compleja la especificidad nacional chilena. De la misma manera dejará abierta la posibilidad del análisis de la recepción de las creaciones visuales en el extranjero.

Propuestas

Fecha límite para presentar su propuesta: 1° de mayo de 2015

Envíen sus propuestas a la dirección electrónica etat.nation.chili@gmail.com indicando en el objeto del mail « Coloquio Chile III ». Un resumen de unas 500 palabras, mencionando sus datos profesionales (institución y laboratorio de investigación) y un breve C.V. (lista de sus publicaciones), serán dirigidos a los organizadores antes del 1° de mayo de 2015.