Cycles de séminaires du Grecun 2022-2023

Cycle de séminaires du GRECUN

(CRIIA – UR études romanes)

2022-2023

 

Coordinatrice : Diana Burgos-Vigna

Professeure en études latino-américaines

Université Paris Nanterre

(CRIIA et CREDA)

La recherche en « civilisation latino-américaine contemporaine » :

 Quels objets ? quelles méthodes ?

 

Le cycle de séminaires du GRECUN se propose durant cette année universitaire 2022-2023 de mener une réflexion épistémologique collective, autour des questions suivantes :

Que signifie aujourd’hui faire de la recherche en civilisation latino-américaine ?

Quels objets étudient les « civilisationnistes » ?

Avec quelles méthodes ?

Si ces questionnements ont déjà été portés dans le milieu académique français ces dernières années, les réponses sont encore inabouties et il reste à faire pour mieux circonscrire ce champ de recherches souvent mal compris à l’étranger, où le terme « civilisationniste » est inconnu voire mal perçu. En France, la section 14 précise bien que « les études romanes, centrées sur les faits de culture et de langue des aires concernées, se sont enrichies au cours de l’histoire pour couvrir le champ de connaissances des espaces culturels auxquels elles sont vouées : langues, littératures et civilisations »[1]. ll n’en reste pas moins que le mot « civilisation » reste peu précis sur son ancrage scientifique, tant du point de vue théorique que méthodologique, contrairement à la littérature ou à la linguistique qui se positionnent de façon très claire comme des disciplines scientifiques autonomes. Ce positionnement flou de la « civilisation » dans le champ académique français avait été analysé dès 2007 par Jean-Louis Guereña dans un article remarqué sur les relations ambivalentes entre civilisationnistes et les historiens[2].

Ces interrogations hispanistes faisaient d’ailleurs écho à celles qui avaient été présentées quelques années plus tôt dans le champ angliciste, et plus spécifiquement « américaniste », dans un numéro de la Revue Française d’Études Américaines consacré à ces questionnements épistémologiques en 2000[3]. Marie-Jeanne Rossignol notamment y évoquait l’interdisciplinarité, tout en plaidant pour un ancrage disciplinaire fort[4]. Cette injonction qui peut paraître paradoxale est pourtant au cœur des préoccupations des civilisationnistes, qui cherchent souvent à mieux se positionner vis-à-vis des sociologues, anthropologues ou historiens par exemple. Ces réflexions se sont poursuivies plus récemment au sein des américanistes qu’ils soient du Nord ou du Sud[5] ou encore plus largement parmi les anglicistes[6]

Si le GRECUN accueillera en priorité cette année des latino-américanistes pour discuter de ces questions, il est ouvert à tous les civilisationnistes quelle que soit l’aire culturelle sur laquelle ils travaillent, dans l’objectif de nourrir un débat qui a vocation à dépasser les seules frontières des études latino-américaines.

 

[1] https://conseil-national-des-universites.fr/cnu/

[2] Jean-Louis Guereña, « Civilisationnistes ou historiens ? », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine. [En ligne], 1 | 2007. URL : http://journals.openedition.org/ccec/117  ; DOI : 10.4000/ccec.117

[3] Revue Française d’Études Américaines, dossier sur « Civilisation américaine : problématiques et questionnaires », n° 83, janvier 2000.

[4] Rossignol Marie-Jeanne, « Quelle(s) discipline(s) pour la civilisation ? », Revue Française d’Études Américaines, op.cit., pp. 13-27.

[5] Voir table ronde organisée au sein de l’Institut des Amériques lors du Congrès de 2019, organisée par Jean-Paul Rocchi, et à laquelle avait notamment participé Catherine Heymann, ancienne responsable du GRECUN. En ligne : https://www.institutdesameriques.fr/agenda/malaise-dans-la-civilisation-etudes-culturelles-transamericanite-et-transdisciplinarite-j-p

[6] Nathalie Caron, Caroline Rolland-Diamond, « Des sciences sociales en filière LLCER ou pourquoi le mot civilisation ne convient plus en études étrangères », The Conversation, 26 août 2018. En ligne : https://theconversation.com/des-sciences-sociales-en-filiere-llcer-ou-pourquoi-le-mot-civilisation-ne-convient-plus-en-etudes-etrangeres-94061

***

Programme GRECUN 2022-2023

(les séances auront lieu généralement en salle 202, bâtiment V Ida Maier)

  • Le vendredi 14 octobre (14h-16h) :

Maud Yvinec (MCF, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Mondes Américains)

L’émergence des “nations” autochtones dans les Andes péruviennes : comment analyser les discours ethno-identitaires ? (fin XXe – début XXIe siècles)

  • Le vendredi 25 novembre (14h-16h) :

Laura Lema Silva, docteure et chercheuse à l’Institut pour la paix et au laboratoire LCE de Lyon 2

“Du potentiel politique dans la littérature des Wayuu aux dialogues interculturels sur les sens de la paix : pour une contrebande épistémologique”.

  • Le vendredi 20 janvier 2023 (15h-17h) :

Hugo Benavides (Fordham University) – María Amelia Viteri (Universidad de Maryland) / séance GRECUN-ALEA, bâtiment Max Weber, salle séminaire 1

“Movilidad, género y diversidades sexuales comparadas entre Ecuador, Caribe, Centroamérica y México”

  • Le vendredi 10 mars 2023 (14h-16h) :

Morgana Herrera (MCF Sorbonne Nouvelle)

 “Étudier un musée qui n’existe pas : le “museo amazónico” du Pérou comme objet de recherche”

  • Le vendredi 14 avril 2023 (16h-18h) :

Juliette Dumont (MCF IHEAL-CREDA) /séance GRECUN-ALEA/ Campus Condorcet

« Diplomatie culturelle et construction d’une identité latino-américaine pendant l’entre-deux-guerres, une approche comparée (Argentine, Brésil, Chili) »

  • Le vendredi 12 mai (14h-16h) : Séance de clôture

 Marie Lecouvey (MCF, Université Paris Nanterre, CRIIA-GRECUN)

Discussion méthodologique autour de son dernier ouvrage,

Nos ancêtres les Aztèques ? paru aux éditions L’Harmattan en 2022

Clôture :

Conclusions du cycle et réflexions sur les prolongements possibles



Citer ce billet
grecun (2022, 23 septembre). Cycles de séminaires du Grecun 2022-2023. GRECUN Paris Nanterre. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p4uv