Tous les articles par grecun

Appel à publication – Publications Grecun

Appel à publication

Collection Publications du GRECUN

EA Études Romanes, CRIIA (Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-américaines), UPL, Univ Paris Nanterre,  92000 Nanterre France

DOSSIER : Les statistiques démographiques : un instrument pour la construction des États dans le monde ibérique et ibéro-américain

La construction de l’État a impliqué le développement de l’Administration publique selon le principe de rationalisation des structures et a rendu nécessaire une meilleure connaissance de la composition de la population et des sources de richesse. Ces exigences ont engendré la création d’organismes pour recueillir et traiter les informations. L’institutionnalisation a ainsi été l’expression de la « volonté de savoir », conséquence du développement épistémologique lié à la nouvelle contrainte d’objectivité scientifique prônant un regard impersonnel sur les problèmes et les phénomènes à étudier, selon les principes de gouvernementalité et d’autorité de Foucault.

Dans ce sens, les travaux sur les statistiques démographiques se sont multipliés au cours des dernières années afin d’analyser leur utilisation tant dans les États impérialistes que dans les territoires coloniaux où la création d’organismes a joué un rôle majeur dans la construction d’un nouvel imaginaire en imposant des catégories et une classification de la population auparavant inexistantes.

Les empires ibériques n’ont pas été en reste et ont créé un important appareil statistique, plus élaboré, dans le cas de l’Espagne que du Portugal. L’utilisation des statistiques, a été moins efficace que dans l’empire britannique, car il s’agissait plus de recueillir les données et de souligner ainsi le pouvoir de la métropole que de les mettre à profit dans le cadre de politiques du gouvernement.

Ce dossier envisage d’approfondir la réflexion sur l’élaboration des statistiques démographiques comme élément essentiel dans la construction des États dans l’aire ibérique et ibéro-américaine. Nous souhaitons, grâce à de nouveaux travaux, développer les connaissances sur les causes et les modalités d’élaboration d’outils pour la construction de l’État (recensement, employés publics, statistiques sur les institutions, solde migratoire…).

On montrera comment, à partir de ces statistiques, les États ont construit des discours et établi des catégories concernant la race, la nationalité, les professions qui montrent la vision des autorités sur les populations administrées ce qui contribua à leur donner une nouvelle identité.

La vision comparatiste, par l’analyse des points communs et des différences dans l’élaboration et l’utilisation des statistiques, au sein des empires espagnol et portugais ou bien avec d’autres espaces sera particulièrement valorisée. Il conviendra aussi d’étudier la réussite des modèles employés dans le recueil d’informations et les conséquences pour l’administration de l’administration de l’État.

Le cadre des travaux pourra être local, régional ou national.

Les propositions, composées d’un résumé et d’un bref CV, devront être adressées avant le 31 mai 2017 aux adresses électroniques suivantes :

nathalie.jammetarias@yahoo.fr

jpujades@ced.uab.es

Alejandro.Roman_Antequera@univ-bourgogne.fr

Une réponse sera donnée avant le 30 juin 2017.

Les travaux retenus devront être envoyés aux mêmes adresses avant le 30 novembre 2017 afin d’être soumis à une évaluation externe en double aveugle.

Coordinateurs :

Nathalie Jammet-Arias, Université Paris Nanterre, EA Études Romanes, CRIIA

Joana Pujadas Mora, Centre d’Estudis Demogràfics, Universidad Autónoma de Barcelona

Alejandro Román Antequera, Université de Bourgogne

 Télécharger Appel en format pdf : appel Dossier démographie

JE La Nation en fête en Amérique latine (XIXème-XXIème siècles)/ Festejando la Nación en América latina (Siglos XIX-XXI) – 7 AVRIL 2017

Le Grecun (CRIIA EA369) de l’Université Paris Nanterre organise en partenariat avec l’équipe ALHIM (Amérique Latine Histoire Mémoire) de l’Université de Paris 8 une journée d’études consacrée à :

La Nation en fête en Amérique latine (XIXème-XXIème siècles)

Festejando la Nación en América latina (Siglos XIX-XXI)

 

7 AVRIL 2017

Salle des Conférences, bâtiment Max Weber (bât. W)

Université Paris Nanterre

Coordinatrices : Dalila Chine Lehmann et Natalia Molinaro

 Voir le programme/ Ver el programa:

Appel à communications – colloque international : « MIGRATION : UNE HISTOIRE DE FAMILLE (AMERIQUE LATINE/FRANCE/ESPAGNE) »

COLLOQUE INTERNATIONAL

MIGRATION : UNE HISTOIRE DE FAMILLE

(AMERIQUE LATINE/FRANCE/ESPAGNE)

11 et 12 janvier 2018

Université Paris Nanterre

S’il est vrai que la migration ne constitue pas vraiment un phénomène nouveau, celle-ci s’est diversifiée et complexifiée au cours des dernières décennies, devenant un élément central de transformation pour l’immense majorité des pays qui aujourd’hui sont pour beaucoup aussi bien des pays récepteurs qu’émetteurs de migration.

Dès la fin XIXème siècle, les sciences humaines et sociales ont cherché à définir et comprendre les éléments constitutifs de la mobilité humaine et les travaux de Ravenstein1 en constituent les premiers fondements théoriques. Dès lors, partant des postulats de Ravenstein, différentes théories sur l’étude des migrations se sont développées. Parmi celles-ci, la théorie néo-classique2 des migrations qui dans une perspective macro-économique considère que la raison essentielle des flux migratoires réside dans les différences salariales entre les pays et postule, dans une perspective micro-économique, que la migration est le résultat d’une décision individuelle prise au vu de critères économiques rationnels. Cette théorie est remise en cause dans les années 1990 par une série de travaux qui s’inscrivent dans le courant de pensée de la Nouvelle économie des Migrations3 et qui offre de nouvelles perspectives théoriques. L’acteur de référence n’est plus l’individu mais c’est la dynamique familiale qui est désormais privilégiée par les chercheurs. Dès lors, la décision d’émigrer n’est plus perçue comme le résultat d’un choix individuel mais comme le résultat d’une action collective. L’interaction entre le migrant et sa famille est analysée comme une stratégie permettant d’augmenter les ressources et de minimiser les risques. Ce changement de perspective analytique qui considère la migration relevant de logiques collectives (familiales et communautaires) donne lieu à de nouvelles approches, entres autres, autour de la notion de réseaux4, de la perspective de genre5 et du transnational6.

Ce colloque cherche à approfondir la question des migrations en considérant précisément la famille comme élément central d’analyse. Ainsi, nous nous interrogerons sur la façon dont la famille décide et élabore le projet migratoire. Nous axerons la réflexion sur les effets du processus migratoire sur les sociétés d’origine : quels sont en définitive les avantages et les coûts de la migration pour l’unité familiale ? Nous nous intéresserons aux migrants dans les sociétés de réception : quelles sont les dimensions de leur intégration, en tant qu’individu ou/et groupe familial ? Quelle est leur capacité à construire de nouvelles structures familiales ? Quels sont les transferts culturels que suppose ce processus, en particulier pour les jeunes générations?

Quatre axes seront privilégiés pour aborder les familles en contexte migratoire (migrations économiques, exils politiques, déplacements forcés, réfugiés, etc.) dans une perspective pluridisciplinaire :

a) Famille et reconfigurations familiales

la migration constitue un facteur qui déstabilise fortement l’unité familiale et oblige à de multiples reconfigurations aussi bien au niveau matériel que symbolique et ce d’autant plus si les membres de la famille se trouvent dans des espaces géographiques distincts. Dans ce dernier cas, il convient de se demander dans quelles mesures les liens affectifs et économiques sont susceptibles de se maintenir et quelles sont les stratégies familiales mises en œuvre pour parvenir à sauvegarder l’unité familiale (famille transnationale, maternité transnationale, remesas, etc.).

b) Famille, rapports de genre et rapports intergénérationnel

Au cours de ces dernières décennies, les flux migratoires se sont fortement féminisés. Ce sont désormais les femmes qui migrent pour subvenir aux besoins de leur famille et sont à l’origine bien souvent des demandes de regroupement familial. Cette migration féminine en provenance en particulier de l’Amérique latine, qui augmente considérablement à la fin du XXème et se dirige principalement vers les pays du sud de l’Europe, a remis en cause les rôles traditionnels des membres de la cellule familiale (empowerment de la femme, changements et continuités des relations de genre, violences domestiques, etc.). Elles sont désormais considérées comme d’importants décisionnaires économiques. La migration pose également la question des rapports intergénérationnels entre les différents membres de la famille : quels sont les traditions, les codes de socialisation, les valeurs morales, les imaginaires, etc. qui s’échangent, circulent et se maintiennent ou se (re)définissent entre les différentes générations ? Les coutumes d’origine se perpétuent-elles ou se modifient-elles ? Quels sont les vecteurs de transmission : musique, gastronomie, langue, etc. ?

c) Famille, politiques publiques et politiques d’intégration

Les stratégies mises en œuvre par les familles migrantes sont fortement conditionnées par les politiques publiques en matière d’immigration des pays de réception. Elles déterminent les conditions dans lesquelles les familles choisissent d’envoyer un membre travailler à l’étranger, elles facilitent ou non les possibilités d’aboutissement des demandes de regroupement familial, etc. En outre, les politiques d’intégration constituent également des facteurs importants dans l’intégration des familles migrantes (aides au logement, aides spécifiques accordées aux réfugiés, conditions de scolarisation des enfants, accès au vote, engagement politique, vie associative, etc.) qu’il convient d’analyser.

d) Famille et cycles migratoires

La migration est envisagée à partir du concept de « cycle migratoire », ce qui suppose de considérer le retour comme une étape de l’expérience migratoire. Il peut s’agir d’un retour forcé, dans le cadre des expulsions, ou volontaire lorsque les adversités qui avaient poussé le migrant à partir disparaissent (fin d’un conflit armé, retour de la démocratie, retour de la croissance économique, etc.) ou lorsque le contexte social, politique ou économique dans le pays de réception devient particulièrement hostile à l’immigration (crises économiques, montée des extrémismes, etc.). Ces retours volontaires peuvent ou non s’inscrire dans la logique de politiques de retour mises en place par les pays d’immigration et les pays d’émigration et peuvent être définitifs ou temporaires. Quel que soit le type de retour, ces derniers représentent de nouveaux défis pour l’ensemble des membres de la cellule familiale et pour le pays d’origine.

La date limite d’envoi des propositions de communications comprenant un titre provisoire, un résumé de 150 mots maximum et 3 à 5 mots clés est fixée au 10 mai 2017. Elles sont à envoyer sous format Word aux adresses suivantes :

pgarcia@u-paris10.fr

nathalie.jammetarias@yahoo.fr

ara959@hotmail.com

juancarrellan@hotmail.com

Les langues utilisées peuvent être le français ou l’espagnol. Les informations seront disponibles sur https://grecun.hypotheses.org

Comité organisateur : Juan Luis Carrellán Ruiz (Universidad de la Frontera, Chile), Paola Garcia (Université Paris Nanterre), Nathalie Jammet-Arias (Université Paris Nanterre), Alejandro Román Antequera (Université de Bourgogne)

***********************

COLOQUIO INTERNACIONAL

MIGRACIONES: UNA HISTORIA DE FAMILIA

(AMÉRICA LATINA / FRANCIA / ESPAÑA)

11 y 12 de enero de 2018

Université Paris Nanterre

Si es cierto que las migraciones no constituyen un fenómeno nuevo, éste se ha diversificado y complejizado en el transcurso de los últimos años. Se ha convertido en un elemento central de transformación para la inmensa mayoría de los países, la mayoría de los cuales son actualmente tanto receptores como emisores de migrantes.

Ya desde el final del siglo XIX, las ciencias humanas y sociales han buscado definir y comprender los elementos constitutivos de la movilidad humana, siendo los trabajos de Ravenstein7 los primeros fundamentos teóricos. Desde entonces, partiendo de los postulados de Ravenstein, se han desarrollado diversas teorías sobre el estudio de las migraciones. Entre ellas la teoría neoclásica8 de las migraciones que en una perspectiva macroeconómica considera que la razón esencial de los flujos migratorios reside en las diferencias salariales entre los países; y, la cual postula, en una perspectiva microeconómica, que la migración es el resultado de una decisión individual tomada a partir de criterios económicos racionales. Esta teoría fue puesta en tela de juicio en los años noventa por una serie de trabajos que se inscriben en la corriente de pensamiento de la Nueva Economía de las Migraciones9, que ofrece nuevas perspectivas teóricas. El actor de referencia no es más el individuo, sino la dinámica familiar, privilegiada desde ese momento por los investigadores. La decisión de emigrar ya no es percibida como el resultado de una elección individual sino de una acción colectiva. La interacción entre el migrante y su familia es analizada como una estrategia permanente para aumentar los recursos y minimizar los riesgos. Este cambio de perspectiva analítica que considera la migración a partir de lógicas colectivas (familiares y comunitarias) da lugar a nuevas aproximaciones, entre otras, en torno a la noción de red10, a la perspectiva de género11 y a lo transnacional12.

Este coloquio busca profundizar en la cuestión de las migraciones considerando precisamente a la familia como elemento central de análisis. Así, se analizará la manera en la que la familia decide y elabora el proyecto migratorio. La reflexión se centrará, entre otros aspectos en los efectos del proceso migratorio en las sociedades de origen: ¿cuáles son en definitiva las ventajas y los costes de la migración para la unidad familiar? Se analizará la situación de los migrantes en las sociedades de recepción: ¿cuáles son las dimensiones de su integración, en tanto que individuo o/y grupo familiar? ¿Cuál es su capacidad de construir nuevas estructuras familiares? ¿Cuáles son las transferencias culturales que supone este proceso, en particular para las generaciones jóvenes?

Se privilegiarán cuatro líneas para abordar las familias en el contexto migratorio (migraciones económicas, exilios políticos, desplazamientos forzosos, refugiados, etc.) con una perspectiva pluridisciplinar:

a) Familia y reconfiguraciones familiares

La migración constituye un factor que desestabiliza fuertemente la unidad familiar y obliga a múltiples reconfiguraciones tanto en el ámbito material como en el simbólico, tanto más si los miembros de la familia se encuentran en espacios geográficos distintos. En este último caso, conviene preguntarse en qué medida los lazos afectivos y económicos se pueden mantener y cuáles son las estrategias familiares puestas en marcha para conseguir salvaguardar la unidad familiar (familia transnacional, maternidad transnacional, remesas, etc.).

b) Familia, relaciones de género e intergeneracionales

En el curso de las últimas décadas, los flujos migratorios se han feminizado intensamente. Han sido las mujeres quienes han emigrado para atender a las necesidades de sus familias y quienes han iniciado a menudo las peticiones de reagrupación familiar. Esta migración femenina originaria de América latina, que aumentó considerablemente a finales del siglo XX y se dirigió principalmente hacia los países del sur de Europa, ha cuestionado los papeles tradicionales de los miembros de la célula familiar (empoderamiento de la mujer, cambios y continuidades de las relaciones de género, violencia doméstica, etc.). Se las ha considerado desde ese momento como importantes en la toma de decisiones económicas. La migración se interroga igualmente sobre la cuestión de las relaciones intergeneracionales entre los diferentes miembros de la familia: ¿cuáles son sus tradiciones, los códigos de socialización, los valores morales, los imaginarios, etc… que intercambian, circulan y se mantienen o se (re)definen entre las diferentes generaciones? ¿Las costumbres de origen se perpetúan o se modifican? ¿Cuáles son los vectores de transmisión: música, gastronomía, lengua, etc.?

c) Familia, políticas públicas y de integración

Las estrategias implementadas por las familias migrantes están fuertemente condicionadas por las políticas públicas en materia de inmigración de los países de recepción. Determinan las condiciones en las cuales las familias eligen enviar un miembro a trabajar al extranjero, facilitan o no las posibilidades de éxito de las peticiones de reagrupación familiar, etc. Además, las políticas de integración constituyen igualmente factores importantes para la integración de las familias migrantes (ayudas al alojamiento, ayudas específicas dadas a los refugiados, condiciones de escolarización de los niños, acceso al voto, compromiso político, vida asociativa, etc.) que conviene analizar.

d) Familia y ciclos migratorios

La migración es vista a partir del concepto de ‘ciclo migratorio’, lo que supone considerar el regreso como una etapa de la experiencia migratoria. Puede tratarse de un regreso forzado, en el marco de expulsiones, o voluntario cuando las adversidades que habían empujado al migrante a partir desaparecen (fin de un conflicto armado, regreso de la democracia, vuelta del crecimiento económico, etc.) o cuando el contexto social, político o económico en el país de recepción se hace particularmente hostil a la inmigración (crisis económicas, ascenso de los extremismos, etc.). Estos regresos voluntarios pueden o no inscribirse en la lógica de las políticas de regreso implementadas por los países de inmigración y los países de emigración, pudiendo ser definitivas o temporales. Sea cual sea el tipo de regreso, éstos representan nuevos desafíos para el conjunto de los miembros de la célula familiar y para el país de origen.

La fecha límite para el envío de propuestas de participación es el 10 de mayo. Éstas deben incluir un título provisional, un resumen (150 palabras máximo) con entre 3 y 5 palabras claves. Se deben enviar en formato Word a las siguientes direcciones:

pgarcia@u-paris10.fr

nathalie.jammetarias@yahoo.fr

ara959@hotmail.com

juancarrellan@hotmail.com

Las lenguas empleadas pueden ser el francés o el español. El resto de informaciones estará disponible en: https://grecun.hypotheses.org

Comité organizador: Juan Luis Carrellán Ruiz (Universidad de la Frontera, Chile), Paola Garcia (Université Paris Nanterre), Nathalie Jammet-Arias (Université Paris Nanterre), Alejandro Román Antequera (Université de Bourgogne)

1 Ravenstein E.G., 1885, “The laws of migration”, Journal of the Royal Statistical Society, 48, p. 167-227; 1889, “The laws of migration (revised)”, Journal of the Royal Statistical Society, 52, p. 241-301.

2 Harris J. R. et Todaro M.P., 1970, “Migration, unemployment and development : A two-sector analysis, American Economic Review, 60 (1), p. 126-142.

3 Stark Oded.,1984, “Discontinuity and the theory of international migration”, Kylos, 37 (2), p. 206-222.

4 Massey D., 1990, “Social structure, household strategies, and the cumulative causation of migration”, Population Index, 56(1), p. 3-26.

5 Sassen S., 2000, « Women’s burden : counter-geographies of globalization and the feminization of survival », Journal of International Affairs, 53 (2), p.503-24.

6Schiller N.G, Basch L., Blanc-Szanton C., 1992, “Transnationalism: a new analytic framework for understandding migration”, Annals of the New York Academy of Sciences, 645(1), p. 1-24.

7 Ravenstein E.G., 1885, “The laws of migration”, Journal of the Royal Statistical Society, 48, p. 167-227; 1889, “The laws of migration (revised)”, Journal of the Royal Statistical Society, 52, p. 241-301.

8 Harris J. R. et Todaro M.P., 1970, “Migration, unemployment and development : A two-sector analysis, American Economic Review, 60 (1), p. 126-142.

9 Stark Oded.,1984, “Discontinuity and the theory of international migration”, Kylos, 37 (2), p. 206-222.

10 Massey D., 1990, “Social structure, household strategies, and the cumulative causation of migration”, Population Index, 56(1), p. 3-26.

11 Sassen S., 2000, « Women’s burden : counter-geographies of globalization and the feminization of survival », Journal of International Affairs, 53 (2), p.503-24.

12Schiller N.G, Basch L., Blanc-Szanton C., 1992, “Transnationalism: a new analytic framework for understandding migration”, Annals of the New York Academy of Sciences, 645(1), p. 1-24.

Appel en format pdf/Convocatoria en formato pdf => Appel Colloque Migration-famille

Prochaine séance du séminaire Grecun – samedi 25 février 2017 (de 10h à 12h30)

Le Grecun a le plaisir de recevoir pour son prochain séminaire du samedi 25 février de 10h à 12h30  :

Juan Luis CARRELLÁN

Universidad de la Frontera, Chile

La patria y la guerra: las colonias europeas en el sur de Chile durante la Primera Guerra Mundial y la posguerra (1914-1924)

Patricio CERDA CARRILLO

Universidad de la Serena, Chile

Patrimonio cultural indígena Norte semiárido de Chile

 

Lieu : Université Paris Nanterre, Bâtiment B, salle B014

Appel à communications – colloque international : La rue dans tous ses états/callejeando/a rua em todas as vias Mondes ibériques (Europe, Amérique, Afrique, Asie) XIX-XXI

Colloque international organisé par le CRIIA/ CRILUS (EA 369) – Université Paris Nanterre

La rue dans tous ses états/callejeando/a rua em todas as vias
Mondes ibériques (Europe, Amérique, Afrique, Asie) XIX-XXI

Jeudi 12 et vendredi 13 octobre 2017

Élément constituant de la ville, la rue a beaucoup évolué au fil des siècles. Assurant la mise en relation des lieux, des fonctions et des groupes sociaux, elle est une forme urbaine qui a une configuration, une architecture, une histoire. Elle a ses logiques, ses dynamiques et ses usages. Ses pratiques et ses représentations sont liées à l’espace urbain dans lequel elle s’inscrit ; elles dépendent aussi de facteurs politiques et socio-économiques. Le « sens » de la rue pouvant donc varier considérablement, il est nécessaire d’aborder celle-ci sous l’angle d’un certain relativisme, en gardant présente à l’esprit la notion d’échelle. Ce colloque, aboutissement de 3 ans de séminaire, se propose d’envisager la rue dans les mondes ibériques à travers ses dimensions fonctionnelles, socio-économiques, politiques et culturelles, au prisme des lieux et des éléments qui la composent, de ses acteurs et de ses créations.

Quatre axes seront privilégiés :

a) La « rue de l’urbaniste » pour reprendre l’expression de l’historien Maurice Garden qui la définit aussi comme « espace matériel aménagé ». Emblématique d’une volonté régulatrice dont témoigne le tracé des villes des anciens empires coloniaux, la structuration de
la rue, subordonnée à la construction d’ensemble de la ville, s’est opérée par étapes. Elle est liée, sur un temps long, à l’individualisation des habitats, à la circulation des denrées alimentaires, à l’évolution des transports, puis à l’expansion urbaine, inégale et plus ou moins maîtrisée, des XIXe et XXe siècles, donnant lieu au phénomène de métropolisation, très présent dans de nombreux pays d’Amérique latine.

b) Un espace socio-économique : lieu de passage et d’échanges, la rue dessine la « géographie » fluctuante des activités économiques.

Dans cette perspective, la prise en compte des décisions de ceux que l’on nomme aujourd’hui les acteurs économiques est nécessaire pour comprendre les dynamiques de la rue en général : par leur choix (de localisation), leurs investissements, ils en conditionnent en partie l’évolution des paysages et des pratiques. Les acteurs publics (administration, municipalités, etc.) jouent, eux aussi, un rôle important (autorisations d’ouverture d’établissements divers ; de permis de construire).
Cette analyse permet une réflexion sur les rapports entre pouvoirs locaux, intérêts économiques et corruption.
La rue est, par ailleurs, le lieu de la marginalisation et de l’exclusion sociale, qui favorisent le développement d’une économie parallèle ou informelle. Là encore, la prise en compte de l’intervention d’acteurs sociaux (médecins, enseignants ou forces de l’ordre) éclaire le fonctionnement de la rue.

c) Un espace symbolique : « ordre et désordres ».

La rue est le lieu de l’expression symbolique de la puissance des pouvoirs officiels à travers les défilés militaires, les processions religieuses, les commémorations civiques ou les fêtes nationales. Dans la mise en spectacle de l’espace urbain, la rue est présente sous plusieurs aspects : elle s’inscrit dans un parcours pré-établi par l’autorité ; elle fournit un « décor » (façades, balcons, monuments) et un public avec la foule, spectatrice, encadrée par les forces chargées du « maintien de l’ordre ». Enjeu de pouvoirs, la rue est aussi un lieu d’expression politique « directe » lors des coups d’État, des résultats d’élections ou de journées de protestations. Elle peut se transformer en lieu d’affrontement : elle devient l’espace que « le peuple se réapproprie»
avec son cortège de violences et de répressions. Reflétant les inégalités et les tensions sociales, la rue, dans certains quartiers résidentiels des pays ibéro-américains, peut être « bunkérisée », mais elle est aussi lieu de plaisirs, de divertissements, de partage, d’émotions et de fêtes comme les carnavals (le Brésil en étant le paradigme) ou les « grands messes » sportives, en particulier footballistiques. Cependant, dans certains cas, ces manifestations n’en servent pas moins des intérêts économiques (ou politiques).

d) Un espace de création artistique et langagière.

Cet axe s’attachera plus particulièrement à deux aspects :
– Les mots de la rue/ les mots dans la rue : la rue est un paysage linguistique, la communication et le multilinguisme graphiques sont présents dans les signes linguistiques (panneaux, plaques, enseignes, affiches, graffitis), ce qui permet d’observer la configuration
démo-linguistique des rues et le pouvoir de leurs habitants et de leurs différentes langues. La rue est la scène des processus socioculturels qui s’ajoutent et se reflètent dans la dynamique des variations linguistiques.
– Arts et rues/arts de la rue : d’un côté et de l’autre de l’Atlantique, hors des lieux consacrés, les spectacles de rue se sont multipliés, renouvelant les pratiques artistiques dans les domaines de la musique, du théâtre, de la danse ou des arts martiaux. En investissant temporairement et symboliquement l’espace public, ces manifestations réinventent ou renouent des relations avec le public et peuvent, au-delà de l’instant, contribuer à approfondir la perception de et la réflexion sur l’espace urbain. De la même façon, le street art, un art essentiellement éphémère, destiné à un large public, a fait la preuve, en particulier en Amérique latine, qu’il pouvait avoir des retombées économiques et sociales micro-locales bénéfiques.

La date limite d’envoi des propositions de communications comprenant un titre provisoire, un résumé de 150 mots maximum et 3 à 5 mots clés est fixée au 15 mars 2017.
Elles sont à envoyer sous format Word à l’adresse : colloquelaruenanterre@gmail.com
Les langues utilisées peuvent être le français, l’espagnol ou le portugais. Une réponse sera donnée dans un délai d’un mois.

Organisatrices :
Graça Dos Santos, Paola García, Catherine Heymann, Lina Iglesias, Marie Lecouvey, Mercè Pujol, Eva Touboul.

Appel en espagnol et en portugais :  appel_rue_calle_rua

Appel à communications – colloque international : Chile en el mundo: circulación de discursos, prácticas, personas, relaciones diplomáticas y redes de sociabilidad (siglos XIX-XXI)

Coloquio Internacional

Chile en el mundo: circulación de discursos, prácticas, personas, relaciones diplomáticas y redes de sociabilidad (siglos XIX-XXI)

 Fecha: 11 y 12 de julio de 2017

Lugar: Universidad de Santiago de Chile

 

Organizadores:

Universidad de Santiago de Chile, Universidad de la Frontera, Université Paris 8-Saint-Denis, Université Lumière-Lyon 2, Université Paris Nanterre

 

Contacto : etat.nation.chili@gmail.com

 

El coloquio celebrado en junio de 2011, Construction de l’État-Nation et résistances au Chili: de l’Indépendance au Front populaire, tuvo como tema el estudio de la estructuración del Estado-nación en Chile y de las resistencias que tuvo que enfrentar. En enero de 2013 se prosiguió la investigación cambiando de enfoque con el coloquio Construction de l’État-Nation et développement économique et social au Chili (1811-1976) que supuso una continuación de esta reflexión y líneas de investigación, privilegiando el estudio sobre las relaciones económicas y financieras internas y externas que acompañaron la formación del Estado-nación chileno. En diciembre 2015, el tercer coloquio Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle puso en perspectiva la Historia contemporánea y las Artes visuales chilenas entre el periodo de la independencia del país y el tiempo presente.

Este año, Chile celebrará el cruce de los Andes por San Martín y O’Higgins, y para completar los coloquios regulares que ya organizamos nos parece oportuno abrir las fronteras de Chile e interrogarnos sobre sus relaciones con el mundo exterior.

Recogiendo el marco cronológico de nuestro anterior coloquio, desde su independencia Chile se abre a un mundo en continua transformación donde se desarrollan múltiples relaciones transnacionales en diversas actividades humanas. Con respecto al caso chileno, este tipo de relaciones estructuran un desarrollo espacial y temporal de lazos y solidaridades entre actores al servicio del Estado y actores no estatales. En estos intercambios se cruzan e interactúan múltiples individuos de diferentes medios y sectores que activan diferentes estrategias e interpretan un papel tan significativo como los Estados en las circulaciones culturales, técnicas, políticas, diplomáticas, comerciales y financieras y, por lo tanto, en las dinámicas de cambio.

Un ejemplo paradigmático es el caso de las migraciones. Estas participaron activamente en la circulación de las ideas, representaciones, prácticas, mercancías y personas. El estudio de la circulación de científicos europeos en Chile en el siglo XIX y XX -quienes desempeñaron un papel de primer orden en el desarrollo de carreras universitarias, técnicas de construcción, realización de obras, entre otras-, la presencia de intelectuales y políticos extranjeros en Chile, la circulación e intercambio de modelos políticos por vías académicas, militantes o diplomáticas a lo largo del siglo XIX como en los momentos de renovación de las prácticas gubernamentales (gobiernos de Aguirre Cerda, Frei, Allende, o después del Golpe, o sea, interés por la experiencia ajena) o los numerosos casos de cooperación científica y militar en el siglo XX y XXI son muestras de los campos de reflexión que deseamos desarrollar en este coloquio. De la misma manera, convendría analizar las migraciones de personas que en el siglo XIX encontraron refugio en Chile, en particular argentinos que huían de la dictadura de Rosas, y el fenómeno de los exilios políticos chilenos de la historia reciente, también de la migración económica después de 1973, o la llegada de profesionales y/o empresarios españoles tras la crisis europea de 2008 en adelante.

La circulación (tranfert)[1] es por definición un proceso dinámico y de mutación incesante que se desarrolla por el recorrido de discursos, prácticas, mercancías, obras y personas[2] distinguiéndose de la simple movilidad ya que los cambios se producen a causa de los propios desplazamientos[3]. La movilidad en sí misma transforma e impone las fronteras o las regulaciones de los flujos a merced de líneas de fuerza, de modas o de tradiciones en las cuales los vectores privilegiados son los “transmisores culturales”[4].

Según Robert O. Keohane y Joseph S. Nye estas relaciones son contactos, coaliciones e interacciones que desarrollan a través de las fronteras estatales y que no son controladas por los órganos centrales de política exterior de los gobiernos, es decir, las relaciones, directas o indirectas, personales o no, que traspasan las fronteras de los Estados-nación e implican al menos un actor no institucional[5].

A partir del concepto de circulación (tranfert), proponemos reflexionar sobre la idea de transnacionalidad estudiando cómo se han constituido y producido los diferentes procesos de interacción entre actores y su resultado, no una característica o un atributo prexistente a estas relaciones. La reflexión nos llevará a analizar la estructuración de movimientos sociales o la acción de actores institucionales[6] o no -por ejemplo, una red transnacional de expertos y de científicos-[7] y las consecuencias resultantes como es el caso de la constitución de nuevas identidades (profesionales, artísticas, diplomáticas, políticas, religiosas, de género, empresariales,…) o el desarrollo de redes y estrategias transnacionales[8].

Ejes de estudio

  • Relaciones diplomáticas
  • Redes y sociabilidad transnacional (culturales, profesionales, políticas, empresariales…)
  • Circulación de discursos y prácticas
  • Actores institucionales
  • Actores no institucionales

Calendario

 

  • 15 de abril de 2017: recepción de las propuestas
  • 21 de abril de 2017: respuesta a las propuestas
  • 1 de junio de 2017: programa definitivo del coloquio

Convocan:

Juan Luis CARRELLÁN RUIZ, Universidad de la Frontera

Alvar DE LA LLOSA, Université Lumière-Lyon 2

Enrique FERNÁNDEZ DOMINGO, Université Paris 8-Saint-Denis

Nathalie JAMMET-ARIAS, Université Paris Nanterre

Hernán VENEGAS VALDEBENITO, Universidad de Santiago de Chile

[1] Desde los años 1980 la noción de “transfert culturel” se utiliza normalmente en la historia de las relaciones internacionales. Pierre Milza, “Culture et relations internationales”, Relations Internationales, n° 24, hiver 1980, pp. 361-379; Hugo R. Suppo, Mônica Leite Lessa, “O estudo da dimensão cultural nas Relações Internacionais: contribuções teóricas e metodológicas” in Mônica Leite Lessa, William da Silva Gonçalves (org.), História das Relações internacionais. Teoria e processos, Rio de Janeiro, Editora da Universidade do Estado do Rio de Janeiro, 2007, pp. 223-250. Philippe Poirrier, L’enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Seuil, 2004. Rojek, Chris & Urry, John (eds.), Touring cultures: Transformation of travel and theory, London, New York, Routledge, 1997.

[2] Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, “Penser l’histoire croisée: entre empirie et réflexivité”, Annales HSS, 1, 2003, pp. 7-36.

[3] Claude Markovits, Jacques Pouchepadass, Sanjay Subrahmanyam, Circulations and Society. Mobile People and Itinerant Culture in South Asia, 1750-1950, Delhi, Permanent Black, 2003.

[4] Louise Bénat Tachot, Serge Gruzinski, Passeurs culturels. Mécanismes de métissage, Paris, Éd. de la msh/Marne- la-Vallée, pumlv2001.

[5] Robert O. Keohane, Joseph S. Nye (comp.), Transnational Relations and World Politics, Cambridge, Harvard University Press, 1971, pp. XII-XVI.

[6] Robert Franck, Pour une histoire des Relations internationales, Paris, PUF, 2012.

[7] Bérengère Marques-Pereira, Petra Meier, David Paternotte (ed.), Au-delà et en deçà de l’Etat. Le genre entre dynamiques transnationales et multi-niveaux, Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, 201, p. 17.

[8] Los individuos, unidos por lazos personales y de amistad, interactúan como “amigos” en el seno de asociaciones seguras y reconocidas que solicitan ideas para investigar, para desarrollar estrategias y medidas de política pública. La importancia de estas relaciones personales e informales subraya la permeabilidad de las esferas política, académica y profesional y su influencia conjunta en los procesos políticos.

Journée d’études : Réceptions réciproques de la littérature française en Colombie et de la littérature colombienne en France

Le Grecun (CRIIA E369 – Université Paris Ouest Nanterre – La Défense) organise en partenariat avec l’Université de Picardie Jules Verne (CEHA, UFR Langues et Civilisations)  une journée d’études consacrée à :

Réceptions réciproques de la littérature française en Colombie et de la littérature colombienne en France

– 28 novembre 2016 –

 

je-receptions-reciproques-de-la-litterature-francaise-en-colombie-1 je-receptions-reciproques-de-la-litterature-francaise-en-colombieje-receptions-reciproques-de-la-litterature-francaise-en-colombie-2

Appel à communications : Journée d’étude « La Nation en fête en Amérique latine (XIX-XXIe siècles) »

paris-x-logo

paris-8-logo
criia-logo

ler-logo

APPEL À COMMUNICATIONS

La Nation en fête en Amérique latine (XIX-XXIè siècles)

Journée d’étude organisée par Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Nanterre) et Natalia Molinaro (Université de Paris 8), Nanterre, le vendredi 7 avril 2017.

Dans le cadre de cette journée d’études intitulée « La Nation en fête en Amérique latine », nous souhaitons prolonger une première réflexion menée conjointement par les équipes du Grecun de Paris Nanterre (Groupe État, Culture, Nation – https://grecun.hypotheses.org/) et ALHIM de Paris 8 (Amérique Latine, Histoire, Mémoire – https://alhim.hypotheses.org/) sur les notions de fêtes et de célébrations nationales en Amérique latine (revue Alhim N° 33 à paraître, premier semestre 2017).

La fête, en tant que pratique collective, va de pair avec la construction d’imaginaires nationaux. Pensées comme des récits créés de toute pièce par les institutions et/ou les différents groupes sociaux pour rassembler les citoyens autour d’un socle commun, les fêtes et cérémonies nationales renferment des tensions déterminées par les enjeux du présent. Si la Nation est vécue et contée par ses fêtes, les fêtes nationales construisent et sont imaginées pour la Nation. Cette journée d’études s’inscrit dans le sillage des études déjà menées par de nombreux chercheurs (Eric Hobsbawm, Anne-Marie Thiesse, Patrick Garcia, Mona Ozouf, et bien d’autres). Il s’agira cependant ici d’accorder une place prépondérante aux acteurs et aux témoins, ainsi qu’aux différents espaces de célébration et contre-célébration. Tout en poursuivant notre exploration des différents procédés de construction du « corps national » en Amérique latine, nous analyserons tout particulièrement le rôle des participants (État, associations, groupes sociaux, etc.), le choix des différentes symboliques (hymnes, chants, drapeaux, figures patriotiques, etc.), le choix des espaces (lieux, monuments, statues, etc.) et la fonction des temps (calendriers civiques, dates spécifiques de commémoration, etc.). Ainsi les différentes communications pourront s’inscrire dans les quatre axes suivants :

Axe 1 : Les célébrations officielles de la Nation

Les fêtes nationales constituent un enjeu pour le pouvoir qui en contrôle le contenu et la diffusion. Nous nous intéresserons dans un premier temps aux pratiques « officielles », aux modèles de célébration qui « donnent à voir » une homogénéisation et une « supposée » unité du corps social. Nous nous attacherons à l’étude de la mise en scène du national par l’État et/ou les institutions officielles en interrogeant tout particulièrement les différentes formes et manières que peuvent revêtir certaines célébrations nationales. Quels sont les espaces de célébration ? Quels sont les procédés et représentations choisis pour mettre en valeur la nation ? Quels sont les symboles et valeurs transmis ? Dans quelles mesures ces célébrations ont un pouvoir efficace de transmission de l’idéologie nationale ? En quoi produisent-elles de l’identité pour cette nation et contribuent-elles à créer ou raviver, du moins pour quelques temps, un sentiment d’appartenance collective ?

Axe 2 : Quand la Nation se célèbre ailleurs.

Le second axe concernera les pratiques transnationales de célébration. Si l’État est l’un des principaux ordonnateurs, il s’agira de démontrer que la nation peut se fêter « ailleurs ». Comment la nation est-elle célébrée au-delà de ses frontières ? Quelles en sont les frontières et limites ? Cet axe est particulièrement ouvert aux études portant sur les célébrations organisées par des institutions (réseaux diplomatiques, fondations, etc.) ou associations en dehors des frontières nationales. Il entend mettre l’accent sur la fabrique de nouveaux espaces publics de célébrations, sur les nouvelles formes de sociabilités officielles/associatives qui permettent de fêter et de partager cette communauté de destins.

Axe 3 : Les célébrations « en marge » et contre-célébrations

Cet axe propose de revenir sur les pratiques « parallèles », situées « en marge » des célébrations officielles, ou pensées par opposition à celles-ci. Il s’agira de montrer en quoi ces pratiques proposent d’autres lectures du national, instituent un autre ordre – ou désordre – et contribuent, par là-même, à définir ou redéfinir l’identité nationale. Cet axe nous amènera à nous poser d’autres questions telles que : qui sont les célébrants et contre-célébrants ? Quelles sont les appropriations et/ou réappropriations du récit national et ses symboles ? En quoi ces pratiques « parallèles » de célébration peuvent-elles être considérées comme des pratiques « transgressives » tout en contribuant, par certains détournements, à donner ses contours à l’événement officiel ? Les communications pourront également aborder la question des rapports de force, de pouvoir et luttes pour récupérer le fait national (rapports de hiérarchie, de division entre les différents célébrants, enjeux, etc.).

Axe 4 : La Nation « contée ». Récits de célébrations

Il s’agira dans cet axe d’analyser le rôle des différents écrits dans la construction du sentiment national et d’une mémoire de l’événement. À travers les récits, que ce soit en littérature (romans, romans nationaux, nouvelles, récits autobiographiques, etc.), dans des revues ou dans la presse, nous pourrons nous demander : comment ces récits représentent-ils la nation en fête ? Comment singularisent-ils les célébrations ? Quelles sont les places accordées aux événements phares de l’histoire nationale ? Comment les mots mettent-ils en scène, et par la même, construisent la mémoire nationale ? Quels enjeux de pouvoir enferment-ils ? En quoi cette mémoire est-elle une mémoire choisie, sélective ? En somme, quels sont les nouveaux contours de cette « Nation contée » ?

Modalités pratiques :

Les propositions de communication (moins de 500 mots, bibliographie et titre compris ainsi qu’un court CV) doivent être envoyées avant le 31 janvier 2017.
Contacts : Dalila Chine-Lehmann ( Université Paris Nanterre ) dlehmann@u-paris10.fr, Natalia Molinaro ( Université de Paris 8 ) natalia.molinaro@laposte.net

Calendrier :

  • 31 janvier 2017 : date-butoir pour l’envoi des propositions

  • Février 2017 : annonce des propositions retenues

  • 7 avril 2017 : journée d’étude

******************************************

CONVOCATORIA

Festejando la Nación en América latina (siglos XIX-XXI)

Jornada de Estudios organizada por Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Nanterre) y Natalia Molinaro (Université de Paris 8), Nanterre, viernes 7 de abril de 2017.

 

En el marco de esta Jornada de Estudios proponemos profundizar la reflexión iniciada por el grupo de investigación del GRECUN de Université Paris Nanterre (Groupe État, Culture, Nation – https://grecun.hypotheses.org/) y el grupo ALHIM de Paris 8 (Amérique Latine, Histoire, Mémoire – https://alhim.hypotheses.org/) sobre las nociones de fiesta y de celebraciones nacionales en América latina (revista Alhim N° 33 en preparación, primer semestre 2017).

La fiesta como práctica colectiva acompaña la construcción de imaginarios nacionales. Concebidas desde las instituciones y/o los diferentes grupos sociales como relatos cuyo objetivo es reunir a los ciudadanos alrededor de un objeto en común, las fiestas y ceremonias nacionales encierran las tensiones del presente. La Nación es vivida y contada por sus fiestas, y las fiestas nacionales construyen y son imaginadas para la Nación. Esta Jornada de Estudios sigue el planteamiento de las numerosas investigaciones sobre estos temas (Eric Hobsbawm, Anne-Marie Thiesse, Patrick Garcia, Mona Ozouf, etc.), pero proponemos enfocarnos en los actores y los testigos, así como en los espacios de celebración y contra-celebración. Seguiremos explorando los distintos procesos de construcción de un “cuerpo nacional” y analizaremos también el papel de los participantes (Estado, asociaciones, grupos sociales, etc.), la(s) (s)elección(es) de distintas simbólicas (himnos, cantos, banderas, figuras patrióticas, etc.), la función de los espacios (sitios, monumentos, estatuas, etc.), así como la de los tiempos (calendarios cívicos, fechas específicas de conmemoración, etc.). Las propuestas de comunicación deberán inscribirse en alguna de las cuatro grandes líneas temáticas explicitadas seguidamente:

Línea temática 1: Las celebraciones oficiales de la Nación

Las fiestas nacionales son centrales para el poder, que controla los contenidos y la difusión. Consideraremos primero las prácticas “oficiales”, los modos de celebrar que “dan a ver” una homogeneización y una “supuesta” unidad del cuerpo social. Estudiaremos la puesta en escena de lo nacional por el Estado y/o las instituciones oficiales, interrogando más particularmente las distintas formas que pueden tomar algunas celebraciones nacionales. ¿Cuáles son los espacios de celebración? ¿Qué procedimientos y representaciones se eligen para valorizar la nación? ¿Cuáles son los símbolos y los valores que se transmiten? ¿En qué medida tienen estas celebraciones un poder de transmisión eficiente de la ideología nacional? ¿Cómo producen identidad para la nación y contribuyen en crear o reactivar un sentimiento de pertenencia colectiva?

Línea temática 2: Cuando la Nación se celebra en otras partes.

El segundo eje tratará de las prácticas transnacionales de celebración. Aunque suele ser el Estado el que genera la celebración, trataremos de mostrar que la nación también puede festejarse en otros espacios. Serán privilegiados en particular los estudios y análisis dedicados a las celebraciones no sólo organizadas por instituciones (redes diplomáticas, fundaciones, etc.) sino también por asociaciones fuera de las fronteras nacionales. Nos centraremos en la construcción de nuevos espacios públicos de celebración, en las otras formas de sociabilidad (oficiales o asociativas) que permiten festejar y compartir un mismo sentimiento de pertenencia a una comunidad de destino.

Línea temática 3: Celebraciones “al margen” y contra-celebraciones

En este eje volveremos sobre las prácticas “paralelas”, situadas “al margen” de las celebraciones oficiales, o pensadas en oposición a las fiestas oficiales. Veremos cómo estas prácticas proponen otras lecturas de lo nacional, instituyendo otro orden – o desorden – y contribuyendo por lo tanto en una (re)definición de la identidad nacional. En este eje nos preguntaremos: ¿quiénes son los celebrantes y contra-celebrantes? ¿Cuáles son las apropiaciones y/o reapropiaciones del relato nacional y de sus símbolos? ¿En qué medida estas prácticas “paralelas” de celebración pueden considerarse como “transgresivas”, al mismo tiempo que van dando su forma al acontecimiento oficial, mediante apropiaciones, reapropiaciones y desvíos? Las comunicaciones podrán también abarcar los temas de luchas de poderes y tensiones por la recuperación del hecho nacional (jerarquías, divisiones, etc.).

Línea temática 4: La nación “contada”. Relatos de celebración

En esta mesa se analizará el papel de la producción escrita en la construcción de un sentimiento nacional, así como de una memoria del acontecimiento. ¿Cómo se representan las fiestas nacionales en los relatos, sean éstos literarios (novelas, relatos autobiográficos, etc.) o periodísticos (prensa, revistas)? ¿Cómo singularizan dichos relatos la celebración? ¿Qué lugar ocupan los hitos de la historia nacional? ¿En qué medida contribuyen las palabras en reproducir lo vivido y, participan de este modo en la construcción de una memoria nacional? ¿En qué medida se trata de una memoria selectiva? ¿Qué luchas de poderes reflejan? ¿Por qué constituyen estos relatos una segunda puesta en escena de la celebración? Finalmente, ¿cuáles son los contornos de la “nación contada”?

Modalidades prácticas:

Las propuestas (menos de 500 palabras, incluyendo el título de la comunicación, la bibliografía, y un corto currículo) deben ser enviadas antes del 31 de enero de 2017.

Contactos: Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Nanterre) dlehmann@u-paris10.fr, Natalia Molinaro (Université Paris 8) natalia.molinaro@laposte.net

Calendario:

  • 31 de enero de 2017: Envío de propuestas

  • Febrero de 2017: Respuesta del Comité de organización

  • 7 abril de 2017: Jornada de Estudios

Colloque international « De la « boisson des dieux » aux Salons du chocolat : variations sur le cacao américain »

Le Grecun a le plaisir de vous convier au prochain colloque international :

De la « boisson des dieux » aux Salons du chocolat :
variations sur le cacao américain

De la « bebida de los dioses » a los Salones del chocolate :
variaciones sobre el cacao americano

 

qui aura lieu les jeudi 2 et vendredi 3 juin 2016

Bâtiment V – Salle R014
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
200 Avenue de la République
Nanterre

Affiche colloque

 

 

PROGRAMME  :

programme-version-definitive-02-2

PLAN D’ACCÈS :

programme-version-definitive-02-1-1

 

Avis de décès Thomas Gomez

 

T.GOMEZLes membres de l’équipe du Grecun ont la grande tristesse de vous faire part du décès de notre ami Thomas Gomez, survenu le 24 mars 2016.
Une cérémonie aura lieu au funérarium du Mont Valérien à Nanterre vendredi 1er avril à 10h30.
Un hommage lui sera rendu par l’ensemble de ses collègues à partir de 15h30, le même jour, dans l’amphithéâtre Robert Merle, bâtiment V, sur le campus de Nanterre.

Séminaire Grecun du 01 avril 2016

Le Grecun a le plaisir de recevoir pour son prochain séminaire du vendredi 01 avril 2016 (14h30)  :

Fanny Jedlicki (Université du Havre)

La génération des enfants de l’exil et le retour au Chili : interroger la migration et les appartenances au prisme de la mémoire familiale

F.JEDLICKI

Lieu : Université Paris Ouest Nanterre La Défense,  Bâtiment Max Weber (SHS, à gauche du bâtiment V en venant de la gare), Petite salle des séminaires