Membres de l’équipe

Membres permanents :

Dalila Chine Lehmann – Maîtresse de Conférences, Université Paris Nanterre

Dalila Chine Lehmann est maîtresse de conférences en civilisation latino-américaine contemporaine au sein de l’UFR Langues et Cultures Étrangères (Département de Langues Étrangères Appliquées) de l’Université Paris Nanterre. Membre du Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-Américaines (CRIIA, Laboratoire Études Romanes EA 369) et du Groupe de Recherche « État, Culture, Nation » (GRECUN) de l’Université Paris Nanterre, elle a soutenu une thèse en 2012 à l’Université de Paris 8 en cotutelle avec l’université Benemérita Universidad Autónoma de Puebla (Mexique) portant sur Les célébrations de la patrie mexicaine. Manuels scolaires et cérémonies civiques. Ses travaux portent particulièrement sur les images et représentations patriotiques, sur les fêtes et cérémonies nationales et sur la construction des imaginaires collectifs. Parmi ses dernières publications, elle vient de codiriger avec Natalia Molinaro le numéro 33 des Cahiers ALHIM (Amérique Latine Histoire Mémoire) (2017) ainsi que le volume V des Publications Grecun (2018) qui portent sur « La Nation en fête en Amérique latine (XIX-XXIe siècles) » (Tome I et II).

Paola Garcia – Maîtresse de Conférences, Université Paris Nanterre

Paola Garcia est maître de conférences en Civilisation latino-américaine à l’Université Paris Nanterre et est membre de l’EA 369 Études Romanes. Ses thèmes de recherche portent sur les migrations contemporaines latino-américaines, le rôle du religieux et son évolution dans les processus de globalisation, les discours médiatiques et cinématographiques sur les migrations internationales, les violences urbaines et les déplacements forcés. Elle compte de nombreuses publications sur ces thématiques ainsi que des directions d’ouvrages.

Catherine Heymann – Professeure, Université Paris Nanterre

Catherine Heymann es catedrática de civilización hispanoamericana en la Universidad Paris Nanterre. Estudia las Amazonías hispánicas, especialmente el Oriente peruano, a partir de la Independencia: construcción de las identidades regionales; historia del caucho; representaciones artísticas (literatura, pintura, fotografía). Escribió más de cincuenta artículos dedicados a estos temas. Ha publicado L’Oriente péruvien entre construction régionale, intégration nationale et internationalisation du marché (1845-1932) en 2016 y dirigido varias monográficas para revistas francesas, siendo la última «Bêtes et plantes en Amérique latine. Savoirs, pratiques et représentations XVIe-XXIe siècles», Caravelle, n° 110, déc. 2018 (en collaboration avec Sylvie Mégevand).

Nathalie Jammet-Arias – Maîtresse de Conférences, Université Paris Nanterre

Nathalie Jammet-Arias est actuellement maîtresse de conférences à l’Université Paris Nanterre au Département d’Études hispaniques. Ses recherches on porté pendant vingt ans sur le XIXe siècle dans le Cône sud, en particulier le Chili, selon les axes suivants : construction de l’État-nation, développement des transports et maîtrise du territoire, migrations et circulation des modèles. Depuis cinq ans, ses travaux sont principalement tournés vers les phénomènes migratoires et elle mène actuellement une recherche longue sur les exilés chiliens en France.

Marie Lecouvey – Maîtresse de Conférences, Université Paris Nanterre

Marie Lecouvey est maîtresse de conférences en civilisation hispano-américaine à l’Université Paris Nanterre et membre de l’Unité de Recherches Études Romanes. Après sa thèse de doctorat intitulée “Nos ancêtres les Aztèques? Usages des images des Indiens pré-hispaniques dans la constitution d’une identité nationale mexicaine (1860-1910)” soutenue en 2005 à l’Université Denis Diderot (Paris 7) sous la direction de Pilar González Bernaldo, elle a continué à s’intéresser au Mexique d’avant la révolution, et plus particulièrement à l’articulation entre les identités politiques et ethniques, dans le discours écrit ou graphique. Elle est co-auteur avec Helia Bonilla (Instituto Nacional de Antropología e Historia, Mexico) de l’ouvrage La modernidad en la Biblioteca del Niño Mexicano. Posada, Frías y Maucci, paru au Mexique en 2015.

Elles ont aussi opéré quelques incursions dans le XXe siècle avec notamment en 2015: Los indígenas: ¿víctimas o actores de la construcción del Estado-Nación? Imágenes y teorías mexicanas en torno a la Independencia y a la  Revolución   et en 2017:“Biblioteca del Niño Mexicano (1899-1901) y Episodios Mexicanos (1981-1982) : ficciones históricas ilustradas, ¿sólo para niños ?”

Emmanuelle Sinardet Seewald – Professeure, Université Paris Nanterre

Emmanuelle Sinardet est Professeure des Universités en études latino-américaines à l’Université Paris Nanterre, où elle enseigne la civilisation, l’histoire économique, politique et culturelle de l’Amérique latine. Membre du GRECUN, elle est également responsable du Centre d’Études Équatoriennes au sein du CRIIA (Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-américaines – Équipe d’Accueil 369) dont elle a également été la directrice. Sa recherche porte sur les processus de construction nationale, les nationalismes, les politiques culturelles, les indigénismes et néo-indigénismes aux 19e et 20e siècles. Elle conduit aussi actuellement un projet sur le protonationalisme aux Philippines au 19e siècle. Depuis 2015, elle est membre de l’Academia Nacional de Historia del Ecuador. Elle a publié Construire l’homme nouveau en Equateur (1895-1925): le projet de construction nationale de la Révolution libérale au prisme des manuels scolaires d’instruction morale et civique (Presses Universitaires de Paris Ouest, 2015) et a dirigé et co-dirigé plusieurs ouvrages collectifs. Elle collabore au comité scientifique de plusieurs revues (Crisol, Hisal, Les Travaux de GRELPP…) et a rapporté pour plusieurs autres (Rita, CRLA-Archivos, Cahiers ALHIM, América…). Elle est également traductrice de plusieurs pièces de théâtre équatorien et a collaboré aux projets ¡Basta! 100 mujeres contra la violencia de género (Panama, Colombia, Venezuela) et Lectures d’ailleurs.

CV complet disponible sur le site de l’université Paris Nanterre : https://www.parisnanterre.fr/mme-emmanuelle-sinardet-seewalt-sinardet–749093.kjsp

Doctorants et docteurs :

Estelle Amilien – Doctorante contractuelle, Université Paris Nanterre

Jennifer Constant – Doctorante, Université Paris Nanterre

Doctorante de l’Université Paris Nanterre, elle prépare une thèse intitulée « Les relations entre l’Amérique du Sud et la Polynésie orientale : mythes et réalités ». Rattachée à l’équipe EA369, elle est également membre associé de l’Équipe d’Accueil Sociétés Traditionnelles et Contemporaines en Océanie (EASTCO) de l’Université de la Polynésie Française. Ses recherches portent sur les représentations réciproques Amérique du Sud-Polynésie du XIXe au XXIe siècle. Celles-ci concernent en particulier les liens préhispaniques qui unissent les deux régions. Elle étudie la dimension imaginaire de ces représentations à travers un corpus de sources variées (récits de voyages, œuvres littéraires, écrits scientifiques…). Parallèlement, l’analyse des discours sur l’Autre – qu’il soit polynésien ou sud-américain – montre que leurs auteurs se livrent à un exercice de construction identitaire.

Alexis Medina – Docteur, Université Paris Nanterre

Membres associés :

Anna Guiteras Mombiola – Chercheuse, Universidad de Barcelona, Taller de Estudios e Investigaciones Andino-Amazónicos (TEIAA)

Françoise Martinez – Professeure, Université Paris 8

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.