Archives par mot-clé : Nation

Appel à publication – Publications Grecun

Appel à publication

Collection Publications du GRECUN

EA Études Romanes, CRIIA (Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-américaines), UPL, Univ Paris Nanterre,  92000 Nanterre France

DOSSIER : Les statistiques démographiques : un instrument pour la construction des États dans le monde ibérique et ibéro-américain

La construction de l’État a impliqué le développement de l’Administration publique selon le principe de rationalisation des structures et a rendu nécessaire une meilleure connaissance de la composition de la population et des sources de richesse. Ces exigences ont engendré la création d’organismes pour recueillir et traiter les informations. L’institutionnalisation a ainsi été l’expression de la « volonté de savoir », conséquence du développement épistémologique lié à la nouvelle contrainte d’objectivité scientifique prônant un regard impersonnel sur les problèmes et les phénomènes à étudier, selon les principes de gouvernementalité et d’autorité de Foucault.

Dans ce sens, les travaux sur les statistiques démographiques se sont multipliés au cours des dernières années afin d’analyser leur utilisation tant dans les États impérialistes que dans les territoires coloniaux où la création d’organismes a joué un rôle majeur dans la construction d’un nouvel imaginaire en imposant des catégories et une classification de la population auparavant inexistantes.

Les empires ibériques n’ont pas été en reste et ont créé un important appareil statistique, plus élaboré, dans le cas de l’Espagne que du Portugal. L’utilisation des statistiques, a été moins efficace que dans l’empire britannique, car il s’agissait plus de recueillir les données et de souligner ainsi le pouvoir de la métropole que de les mettre à profit dans le cadre de politiques du gouvernement.

Ce dossier envisage d’approfondir la réflexion sur l’élaboration des statistiques démographiques comme élément essentiel dans la construction des États dans l’aire ibérique et ibéro-américaine. Nous souhaitons, grâce à de nouveaux travaux, développer les connaissances sur les causes et les modalités d’élaboration d’outils pour la construction de l’État (recensement, employés publics, statistiques sur les institutions, solde migratoire…).

On montrera comment, à partir de ces statistiques, les États ont construit des discours et établi des catégories concernant la race, la nationalité, les professions qui montrent la vision des autorités sur les populations administrées ce qui contribua à leur donner une nouvelle identité.

La vision comparatiste, par l’analyse des points communs et des différences dans l’élaboration et l’utilisation des statistiques, au sein des empires espagnol et portugais ou bien avec d’autres espaces sera particulièrement valorisée. Il conviendra aussi d’étudier la réussite des modèles employés dans le recueil d’informations et les conséquences pour l’administration de l’administration de l’État.

Le cadre des travaux pourra être local, régional ou national.

Les propositions, composées d’un résumé et d’un bref CV, devront être adressées avant le 31 mai 2017 aux adresses électroniques suivantes :

nathalie.jammetarias@yahoo.fr

jpujades@ced.uab.es

Alejandro.Roman_Antequera@univ-bourgogne.fr

Une réponse sera donnée avant le 30 juin 2017.

Les travaux retenus devront être envoyés aux mêmes adresses avant le 30 novembre 2017 afin d’être soumis à une évaluation externe en double aveugle.

Coordinateurs :

Nathalie Jammet-Arias, Université Paris Nanterre, EA Études Romanes, CRIIA

Joana Pujadas Mora, Centre d’Estudis Demogràfics, Universidad Autónoma de Barcelona

Alejandro Román Antequera, Université de Bourgogne

 Télécharger Appel en format pdf : appel Dossier démographie

Appel à communications : Journée d’étude « La Nation en fête en Amérique latine (XIX-XXIe siècles) »

paris-x-logo

paris-8-logo
criia-logo

ler-logo

APPEL À COMMUNICATIONS

La Nation en fête en Amérique latine (XIX-XXIè siècles)

Journée d’étude organisée par Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Nanterre) et Natalia Molinaro (Université de Paris 8), Nanterre, le vendredi 7 avril 2017.

Dans le cadre de cette journée d’études intitulée « La Nation en fête en Amérique latine », nous souhaitons prolonger une première réflexion menée conjointement par les équipes du Grecun de Paris Nanterre (Groupe État, Culture, Nation – https://grecun.hypotheses.org/) et ALHIM de Paris 8 (Amérique Latine, Histoire, Mémoire – https://alhim.hypotheses.org/) sur les notions de fêtes et de célébrations nationales en Amérique latine (revue Alhim N° 33 à paraître, premier semestre 2017).

La fête, en tant que pratique collective, va de pair avec la construction d’imaginaires nationaux. Pensées comme des récits créés de toute pièce par les institutions et/ou les différents groupes sociaux pour rassembler les citoyens autour d’un socle commun, les fêtes et cérémonies nationales renferment des tensions déterminées par les enjeux du présent. Si la Nation est vécue et contée par ses fêtes, les fêtes nationales construisent et sont imaginées pour la Nation. Cette journée d’études s’inscrit dans le sillage des études déjà menées par de nombreux chercheurs (Eric Hobsbawm, Anne-Marie Thiesse, Patrick Garcia, Mona Ozouf, et bien d’autres). Il s’agira cependant ici d’accorder une place prépondérante aux acteurs et aux témoins, ainsi qu’aux différents espaces de célébration et contre-célébration. Tout en poursuivant notre exploration des différents procédés de construction du « corps national » en Amérique latine, nous analyserons tout particulièrement le rôle des participants (État, associations, groupes sociaux, etc.), le choix des différentes symboliques (hymnes, chants, drapeaux, figures patriotiques, etc.), le choix des espaces (lieux, monuments, statues, etc.) et la fonction des temps (calendriers civiques, dates spécifiques de commémoration, etc.). Ainsi les différentes communications pourront s’inscrire dans les quatre axes suivants :

Axe 1 : Les célébrations officielles de la Nation

Les fêtes nationales constituent un enjeu pour le pouvoir qui en contrôle le contenu et la diffusion. Nous nous intéresserons dans un premier temps aux pratiques « officielles », aux modèles de célébration qui « donnent à voir » une homogénéisation et une « supposée » unité du corps social. Nous nous attacherons à l’étude de la mise en scène du national par l’État et/ou les institutions officielles en interrogeant tout particulièrement les différentes formes et manières que peuvent revêtir certaines célébrations nationales. Quels sont les espaces de célébration ? Quels sont les procédés et représentations choisis pour mettre en valeur la nation ? Quels sont les symboles et valeurs transmis ? Dans quelles mesures ces célébrations ont un pouvoir efficace de transmission de l’idéologie nationale ? En quoi produisent-elles de l’identité pour cette nation et contribuent-elles à créer ou raviver, du moins pour quelques temps, un sentiment d’appartenance collective ?

Axe 2 : Quand la Nation se célèbre ailleurs.

Le second axe concernera les pratiques transnationales de célébration. Si l’État est l’un des principaux ordonnateurs, il s’agira de démontrer que la nation peut se fêter « ailleurs ». Comment la nation est-elle célébrée au-delà de ses frontières ? Quelles en sont les frontières et limites ? Cet axe est particulièrement ouvert aux études portant sur les célébrations organisées par des institutions (réseaux diplomatiques, fondations, etc.) ou associations en dehors des frontières nationales. Il entend mettre l’accent sur la fabrique de nouveaux espaces publics de célébrations, sur les nouvelles formes de sociabilités officielles/associatives qui permettent de fêter et de partager cette communauté de destins.

Axe 3 : Les célébrations « en marge » et contre-célébrations

Cet axe propose de revenir sur les pratiques « parallèles », situées « en marge » des célébrations officielles, ou pensées par opposition à celles-ci. Il s’agira de montrer en quoi ces pratiques proposent d’autres lectures du national, instituent un autre ordre – ou désordre – et contribuent, par là-même, à définir ou redéfinir l’identité nationale. Cet axe nous amènera à nous poser d’autres questions telles que : qui sont les célébrants et contre-célébrants ? Quelles sont les appropriations et/ou réappropriations du récit national et ses symboles ? En quoi ces pratiques « parallèles » de célébration peuvent-elles être considérées comme des pratiques « transgressives » tout en contribuant, par certains détournements, à donner ses contours à l’événement officiel ? Les communications pourront également aborder la question des rapports de force, de pouvoir et luttes pour récupérer le fait national (rapports de hiérarchie, de division entre les différents célébrants, enjeux, etc.).

Axe 4 : La Nation « contée ». Récits de célébrations

Il s’agira dans cet axe d’analyser le rôle des différents écrits dans la construction du sentiment national et d’une mémoire de l’événement. À travers les récits, que ce soit en littérature (romans, romans nationaux, nouvelles, récits autobiographiques, etc.), dans des revues ou dans la presse, nous pourrons nous demander : comment ces récits représentent-ils la nation en fête ? Comment singularisent-ils les célébrations ? Quelles sont les places accordées aux événements phares de l’histoire nationale ? Comment les mots mettent-ils en scène, et par la même, construisent la mémoire nationale ? Quels enjeux de pouvoir enferment-ils ? En quoi cette mémoire est-elle une mémoire choisie, sélective ? En somme, quels sont les nouveaux contours de cette « Nation contée » ?

Modalités pratiques :

Les propositions de communication (moins de 500 mots, bibliographie et titre compris ainsi qu’un court CV) doivent être envoyées avant le 31 janvier 2017.
Contacts : Dalila Chine-Lehmann ( Université Paris Nanterre ) dlehmann@u-paris10.fr, Natalia Molinaro ( Université de Paris 8 ) natalia.molinaro@laposte.net

Calendrier :

  • 31 janvier 2017 : date-butoir pour l’envoi des propositions

  • Février 2017 : annonce des propositions retenues

  • 7 avril 2017 : journée d’étude

******************************************

CONVOCATORIA

Festejando la Nación en América latina (siglos XIX-XXI)

Jornada de Estudios organizada por Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Nanterre) y Natalia Molinaro (Université de Paris 8), Nanterre, viernes 7 de abril de 2017.

 

En el marco de esta Jornada de Estudios proponemos profundizar la reflexión iniciada por el grupo de investigación del GRECUN de Université Paris Nanterre (Groupe État, Culture, Nation – https://grecun.hypotheses.org/) y el grupo ALHIM de Paris 8 (Amérique Latine, Histoire, Mémoire – https://alhim.hypotheses.org/) sobre las nociones de fiesta y de celebraciones nacionales en América latina (revista Alhim N° 33 en preparación, primer semestre 2017).

La fiesta como práctica colectiva acompaña la construcción de imaginarios nacionales. Concebidas desde las instituciones y/o los diferentes grupos sociales como relatos cuyo objetivo es reunir a los ciudadanos alrededor de un objeto en común, las fiestas y ceremonias nacionales encierran las tensiones del presente. La Nación es vivida y contada por sus fiestas, y las fiestas nacionales construyen y son imaginadas para la Nación. Esta Jornada de Estudios sigue el planteamiento de las numerosas investigaciones sobre estos temas (Eric Hobsbawm, Anne-Marie Thiesse, Patrick Garcia, Mona Ozouf, etc.), pero proponemos enfocarnos en los actores y los testigos, así como en los espacios de celebración y contra-celebración. Seguiremos explorando los distintos procesos de construcción de un “cuerpo nacional” y analizaremos también el papel de los participantes (Estado, asociaciones, grupos sociales, etc.), la(s) (s)elección(es) de distintas simbólicas (himnos, cantos, banderas, figuras patrióticas, etc.), la función de los espacios (sitios, monumentos, estatuas, etc.), así como la de los tiempos (calendarios cívicos, fechas específicas de conmemoración, etc.). Las propuestas de comunicación deberán inscribirse en alguna de las cuatro grandes líneas temáticas explicitadas seguidamente:

Línea temática 1: Las celebraciones oficiales de la Nación

Las fiestas nacionales son centrales para el poder, que controla los contenidos y la difusión. Consideraremos primero las prácticas “oficiales”, los modos de celebrar que “dan a ver” una homogeneización y una “supuesta” unidad del cuerpo social. Estudiaremos la puesta en escena de lo nacional por el Estado y/o las instituciones oficiales, interrogando más particularmente las distintas formas que pueden tomar algunas celebraciones nacionales. ¿Cuáles son los espacios de celebración? ¿Qué procedimientos y representaciones se eligen para valorizar la nación? ¿Cuáles son los símbolos y los valores que se transmiten? ¿En qué medida tienen estas celebraciones un poder de transmisión eficiente de la ideología nacional? ¿Cómo producen identidad para la nación y contribuyen en crear o reactivar un sentimiento de pertenencia colectiva?

Línea temática 2: Cuando la Nación se celebra en otras partes.

El segundo eje tratará de las prácticas transnacionales de celebración. Aunque suele ser el Estado el que genera la celebración, trataremos de mostrar que la nación también puede festejarse en otros espacios. Serán privilegiados en particular los estudios y análisis dedicados a las celebraciones no sólo organizadas por instituciones (redes diplomáticas, fundaciones, etc.) sino también por asociaciones fuera de las fronteras nacionales. Nos centraremos en la construcción de nuevos espacios públicos de celebración, en las otras formas de sociabilidad (oficiales o asociativas) que permiten festejar y compartir un mismo sentimiento de pertenencia a una comunidad de destino.

Línea temática 3: Celebraciones “al margen” y contra-celebraciones

En este eje volveremos sobre las prácticas “paralelas”, situadas “al margen” de las celebraciones oficiales, o pensadas en oposición a las fiestas oficiales. Veremos cómo estas prácticas proponen otras lecturas de lo nacional, instituyendo otro orden – o desorden – y contribuyendo por lo tanto en una (re)definición de la identidad nacional. En este eje nos preguntaremos: ¿quiénes son los celebrantes y contra-celebrantes? ¿Cuáles son las apropiaciones y/o reapropiaciones del relato nacional y de sus símbolos? ¿En qué medida estas prácticas “paralelas” de celebración pueden considerarse como “transgresivas”, al mismo tiempo que van dando su forma al acontecimiento oficial, mediante apropiaciones, reapropiaciones y desvíos? Las comunicaciones podrán también abarcar los temas de luchas de poderes y tensiones por la recuperación del hecho nacional (jerarquías, divisiones, etc.).

Línea temática 4: La nación “contada”. Relatos de celebración

En esta mesa se analizará el papel de la producción escrita en la construcción de un sentimiento nacional, así como de una memoria del acontecimiento. ¿Cómo se representan las fiestas nacionales en los relatos, sean éstos literarios (novelas, relatos autobiográficos, etc.) o periodísticos (prensa, revistas)? ¿Cómo singularizan dichos relatos la celebración? ¿Qué lugar ocupan los hitos de la historia nacional? ¿En qué medida contribuyen las palabras en reproducir lo vivido y, participan de este modo en la construcción de una memoria nacional? ¿En qué medida se trata de una memoria selectiva? ¿Qué luchas de poderes reflejan? ¿Por qué constituyen estos relatos una segunda puesta en escena de la celebración? Finalmente, ¿cuáles son los contornos de la “nación contada”?

Modalidades prácticas:

Las propuestas (menos de 500 palabras, incluyendo el título de la comunicación, la bibliografía, y un corto currículo) deben ser enviadas antes del 31 de enero de 2017.

Contactos: Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Nanterre) dlehmann@u-paris10.fr, Natalia Molinaro (Université Paris 8) natalia.molinaro@laposte.net

Calendario:

  • 31 de enero de 2017: Envío de propuestas

  • Febrero de 2017: Respuesta del Comité de organización

  • 7 abril de 2017: Jornada de Estudios

Appel à communication : Colloque international « Universités, académies littéraires et bibliothèques dans le monde ibérique, ibéro-américain et méditerranéen du XVIIIe siècle à nos jours. » Hommage au Pr. Thomas Gomez (16 et 17 octobre 2014)

Appel à communication :

Thomas Gomez a créé en 2001 le GRECUN, GRoupe École, Culture, Nation dans le monde ibérique, ibéro-américain et méditerranéen (axe de recherches du CRIIA, EA 369 Études romanes) à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Ce groupe, qui a réuni plusieurs dizaines de chercheurs provenant d’horizons divers dans différents domaines des sciences humaines, et qui a connu la naissance d’un groupe parallèle à l’Université Nationale de Colombie (Chaire UNESCO), a principalement développé une réflexion et de nombreuses activités scientifiques (publications, colloques internationaux, université d’été) autour de l’École, primaire et secondaire, comme matrice possible de la Nation.
Afin de témoigner notre sympathie et notre reconnaissance à Thomas Gomez pour son investissement scientifique, universitaire et humain, nous souhaiterions organiser, en prolongement des activités du GRECUN, une réflexion sur la transmission des savoirs, des valeurs nationales par des groupements et des institutions, que jusqu’à présent nous avons  moins bien explorés.
Aussi, nous vous invitons à proposer votre communication dans le cadre du colloque international :
Universités, académies littéraires et bibliothèques dans le monde ibérique, ibéro-américain et méditerranéen du XVIIIe siècle à nos jours.

Lieu du colloque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Dates : Jeudi 16 et vendredi 17 octobre 2014
Les propositions de communication (objet : Colloque GRECUN) devront parvenir avant le 15 mars 2014 conjointement aux adresses suivantes :
catherine.heymann@wanadoo.fr
alvar.delallosa@univ-lyon2.fr
nathalie.jammetarias@yahoo.fr

***********************************

Convocatoria :

En 2001, Thomas Gomez creó el GRECUN, GRupo Escuela Cultura y Nación en el mundo ibérico, iberoamericano y mediterráneo (eje de investigación del CRIIA, EA 369, estudios románicos) de la universidad Ouest Nanterre La Défense. El grupo desarrolló sobretodo una reflexión y numerosas actividades científicas (publicaciones, coloquios, universidad de verano) acerca del papel de la escuela primaria y secundaria como promotor y constructor de la idea de nación.
Con el propósito de dejar testimonio de nuestra simpatía y reconocimiento a T. Gómez por su labor científica y universitaria, deseamos organizar, como prolongación a las actividades científicas del GRECUN una reflexión sobre la transmisión de saberes y valores nacionales por medio de agrupaciones, entes e instituciones, que hasta ahora fueron menos exploradas.
Por ello le invitamos a proponer su comunicación en el marco del coloquio:
« Universidades, academias literarias y bibliotecas en el mundo ibérico, iberoamericano y mediterráneo del siglo XVIII hasta el presente. »

Lugar del coloquio: Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Fechas: 16 y 17 octobre de 2014

Les propuestas de comunicación  (objeto: Colloque GRECUN) habrán de llegar antes del 15 de marzo de 2014 a :
catherine.heymann@wanadoo.fr
alvar.delallosa@univ-lyon2.fr
nathalie.jammetarias@yahoo.fr

Télécharger l’appel/Descargar la convocatoria :
Convocatoria _Appel Colloque Internation Hommage T.GOMEZ