Archives par mot-clé : représentations

Appel à communications – colloque international : La rue dans tous ses états/callejeando/a rua em todas as vias Mondes ibériques (Europe, Amérique, Afrique, Asie) XIX-XXI

Colloque international organisé par le CRIIA/ CRILUS (EA 369) – Université Paris Nanterre

La rue dans tous ses états/callejeando/a rua em todas as vias
Mondes ibériques (Europe, Amérique, Afrique, Asie) XIX-XXI

Jeudi 12 et vendredi 13 octobre 2017

Élément constituant de la ville, la rue a beaucoup évolué au fil des siècles. Assurant la mise en relation des lieux, des fonctions et des groupes sociaux, elle est une forme urbaine qui a une configuration, une architecture, une histoire. Elle a ses logiques, ses dynamiques et ses usages. Ses pratiques et ses représentations sont liées à l’espace urbain dans lequel elle s’inscrit ; elles dépendent aussi de facteurs politiques et socio-économiques. Le « sens » de la rue pouvant donc varier considérablement, il est nécessaire d’aborder celle-ci sous l’angle d’un certain relativisme, en gardant présente à l’esprit la notion d’échelle. Ce colloque, aboutissement de 3 ans de séminaire, se propose d’envisager la rue dans les mondes ibériques à travers ses dimensions fonctionnelles, socio-économiques, politiques et culturelles, au prisme des lieux et des éléments qui la composent, de ses acteurs et de ses créations.

Quatre axes seront privilégiés :

a) La « rue de l’urbaniste » pour reprendre l’expression de l’historien Maurice Garden qui la définit aussi comme « espace matériel aménagé ». Emblématique d’une volonté régulatrice dont témoigne le tracé des villes des anciens empires coloniaux, la structuration de
la rue, subordonnée à la construction d’ensemble de la ville, s’est opérée par étapes. Elle est liée, sur un temps long, à l’individualisation des habitats, à la circulation des denrées alimentaires, à l’évolution des transports, puis à l’expansion urbaine, inégale et plus ou moins maîtrisée, des XIXe et XXe siècles, donnant lieu au phénomène de métropolisation, très présent dans de nombreux pays d’Amérique latine.

b) Un espace socio-économique : lieu de passage et d’échanges, la rue dessine la « géographie » fluctuante des activités économiques.

Dans cette perspective, la prise en compte des décisions de ceux que l’on nomme aujourd’hui les acteurs économiques est nécessaire pour comprendre les dynamiques de la rue en général : par leur choix (de localisation), leurs investissements, ils en conditionnent en partie l’évolution des paysages et des pratiques. Les acteurs publics (administration, municipalités, etc.) jouent, eux aussi, un rôle important (autorisations d’ouverture d’établissements divers ; de permis de construire).
Cette analyse permet une réflexion sur les rapports entre pouvoirs locaux, intérêts économiques et corruption.
La rue est, par ailleurs, le lieu de la marginalisation et de l’exclusion sociale, qui favorisent le développement d’une économie parallèle ou informelle. Là encore, la prise en compte de l’intervention d’acteurs sociaux (médecins, enseignants ou forces de l’ordre) éclaire le fonctionnement de la rue.

c) Un espace symbolique : « ordre et désordres ».

La rue est le lieu de l’expression symbolique de la puissance des pouvoirs officiels à travers les défilés militaires, les processions religieuses, les commémorations civiques ou les fêtes nationales. Dans la mise en spectacle de l’espace urbain, la rue est présente sous plusieurs aspects : elle s’inscrit dans un parcours pré-établi par l’autorité ; elle fournit un « décor » (façades, balcons, monuments) et un public avec la foule, spectatrice, encadrée par les forces chargées du « maintien de l’ordre ». Enjeu de pouvoirs, la rue est aussi un lieu d’expression politique « directe » lors des coups d’État, des résultats d’élections ou de journées de protestations. Elle peut se transformer en lieu d’affrontement : elle devient l’espace que « le peuple se réapproprie»
avec son cortège de violences et de répressions. Reflétant les inégalités et les tensions sociales, la rue, dans certains quartiers résidentiels des pays ibéro-américains, peut être « bunkérisée », mais elle est aussi lieu de plaisirs, de divertissements, de partage, d’émotions et de fêtes comme les carnavals (le Brésil en étant le paradigme) ou les « grands messes » sportives, en particulier footballistiques. Cependant, dans certains cas, ces manifestations n’en servent pas moins des intérêts économiques (ou politiques).

d) Un espace de création artistique et langagière.

Cet axe s’attachera plus particulièrement à deux aspects :
– Les mots de la rue/ les mots dans la rue : la rue est un paysage linguistique, la communication et le multilinguisme graphiques sont présents dans les signes linguistiques (panneaux, plaques, enseignes, affiches, graffitis), ce qui permet d’observer la configuration
démo-linguistique des rues et le pouvoir de leurs habitants et de leurs différentes langues. La rue est la scène des processus socioculturels qui s’ajoutent et se reflètent dans la dynamique des variations linguistiques.
– Arts et rues/arts de la rue : d’un côté et de l’autre de l’Atlantique, hors des lieux consacrés, les spectacles de rue se sont multipliés, renouvelant les pratiques artistiques dans les domaines de la musique, du théâtre, de la danse ou des arts martiaux. En investissant temporairement et symboliquement l’espace public, ces manifestations réinventent ou renouent des relations avec le public et peuvent, au-delà de l’instant, contribuer à approfondir la perception de et la réflexion sur l’espace urbain. De la même façon, le street art, un art essentiellement éphémère, destiné à un large public, a fait la preuve, en particulier en Amérique latine, qu’il pouvait avoir des retombées économiques et sociales micro-locales bénéfiques.

La date limite d’envoi des propositions de communications comprenant un titre provisoire, un résumé de 150 mots maximum et 3 à 5 mots clés est fixée au 15 mars 2017.
Elles sont à envoyer sous format Word à l’adresse : colloquelaruenanterre@gmail.com
Les langues utilisées peuvent être le français, l’espagnol ou le portugais. Une réponse sera donnée dans un délai d’un mois.

Organisatrices :
Graça Dos Santos, Paola García, Catherine Heymann, Lina Iglesias, Marie Lecouvey, Mercè Pujol, Eva Touboul.

Appel en espagnol et en portugais :  appel_rue_calle_rua

JE 18 JUIN 2015 La peinture « indigène » contemporaine en Amérique latine

AFFICHE 18 JUIN

Le Grecun (CRIIA E369 – Université Paris Ouest Nanterre – La Défense) organise en partenariat avec le Centre Enseignement et Recherche en Ethnologie Amérindienne (EREA, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) et l’Association culturelle LUPUNA une journée d’études consacrée à :

« La peinture « indigène » contemporaine en Amérique latine »

le 18 juin 2015 de 9h à 18h,

Maison de l’Amérique latine  (Auditorium, 217 Boulevard Saint Germain, Paris, métro : Solférino ou Rue du Bac)

Depuis une trentaine d’années, l’émergence de mouvements indigènes en tant que force sociale, le travail d’organisations ou d’associations de communautés indigènes et la reconnaissance constitutionnelle du caractère pluriculturel de plusieurs pays d’Amérique latine, à partir des années 90, ont entraîné la mise en oeuvre de politiques destinées à protéger les droits et les territoires des peuples indigènes, à réduire, dans des proportions variables, les disparités sociales, économiques et à encourager et valoriser leurs traditions et leurs pratiques culturelles. Si les politiques d’éducation interculturelle contribuent, dans la mesure des moyens mis à leur disposition, à la pérennisation des savoirs traditionnels, à la formation et à la production d’une culture matérielle, l’assimilation et la réélaboration de la conception occidentale de l’art, en particulier pictural, a aussi ouvert la voie à de nouvelles représentations de leur(s) histoire(s) par ces peuples indigènes. La fin du XXe siècle a ainsi vu l’apparition de propositions artistiques nouvelles, très diverses, tandis que les expositions à caractère général ou thématiques sur les arts visuels indigènes se sont développées dans les galeries, les musées et les centres culturels en Amérique latine et dans plusieurs pays européens. C’est dans la perspective d’une réflexion sur les liens entre passé et présent, tradition et modernité, dans un monde par ailleurs de plus en plus globalisé, que les peintures «  indigènes  » contemporaines seront appréhendées dans leur dimension historique, thématique, technique et esthétique.

Contacts : 
Catherine HEYMANN, professeur à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, EA 369 (CRIIA – GRECUN) :
catherine.heymann@wanadoo.fr
Nancy OCHOA, anthropologue, centre EREA du LESC, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, présidente de l’Association culturelle Lupuna : lupunaasociacion@hotmail.fr

PROGRAMME DE LA JOURNÉE :

PROGRAMME 1 18 JUIN

PROGRAMME 2 18 JUIN

Pour accéder au programme en pdf : PROGRAMME 18 JUIN 2015

Voir les sites de nos partenaires :

Retour à l'accueil

Projet « Paysages et sensibilités: articulations entre représentations locales, nationales et/ou globales »

Le Grecun reçoit!

Les membres de l’équipe Grecun ont eu le plaisir de recevoir le mardi 4 mars 2014 à l’Université Paris Ouest Nanterre le Professeur Javier Pérez Siller de l’Instituto de Ciencias Sociales y Humanidades de l’Université de Puebla et Yves Robin, enseignant-chercheur de l’Université de Nantes. La réunion a permis de consolider les liens déjà existants entre l’Université de Paris Ouest Nanterre et la Benemérita Universidad Autónoma de Puebla mais aussi d’envisager des futures collaborations avec l’équipe de chercheurs du Laboratoire « México-Francia : presencia, influencia, sensibilidad ». De cette rencontre est ressortie la volonté commune de travailler sur le projet suivant : « Paysages et sensibilités: articulations entre représentations locales, nationales et/ou globales ». Une première Journée d’étude internationale réunissant les différents chercheurs est prévue le 12 octobre 2015 à l’ Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense, de 9h à 18h.

logo_mf_foot_izq
http://www.mexicofrancia.org/

Journée d’étude « La forêt : Imaginaires et territoires », 5 avril 2014

Affiche JE ForêtLe GRECUN (Catherine Heymann) et le GRELPP (Groupe de Recherches en Littérature, Philosophie et Psychanalyse, Responsable : Françoise Aubès), organisent une journée d’étude le samedi 5 avril 2014 sur :

La forêt : Imaginaires et territoires

Lieu : Bâtiment B, Salle des confèrences, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Voir le programme de la journée :

PROGRAMME FORET NANTERRE